Virus Boats présente une yole de mer unique, destinée à la gent féminine.

2
6838
photo-Virus-Boats-Yolette
Cette nouvelle Yole aura nécessité une année de travail avec un architecte, et un investissement de 15.000 euros.

Idéale pour les sportives ou celles qui pratiquent l’aviron de loisirs, cette nouvelle silhouette de yole qui fût baptisée au début Aezet (ce qui veut dire facile en breton), puis ensuite Yolette, répond à une demande de la clientèle désireuse de pratiquer en toute autonomie et sécurité, leur sport préféré.

Fort du constat que bon nombre de femmes autonomes qui aimeraient pratiquer l’aviron, reculent souvent face à un argument de poids : la yole de mer classique est lourde (environ 50 kg) et assez encombrante, quant au skiff, bien que plus léger, il demande une grande technique et s’avère surtout beaucoup moins stable, la société VirusBoats, basée à Plouhinec (Morbihan) en Bretagne, qui construit également des trimarans, s’est lancée en 2010 dans la  réalisation d’une yole de mer spécialement conçue pour la gent féminine, avec pour défi , de trouver un compromis entre poids et stabilité : deux qualités indispensables pour assurer autonomie et sécurité aux sportives.

photo-VirusBoats-Yole
Le chantier nautique a lancé un nouveau type de yole pour séduire une clientèle plus féminine.

Premier chantier au monde à avoir développé ce type de bateau :

Dessiné par l’architecte naval Youri Guedj, c’est la fabrication en infusion sous vide qui a été retenue puisqu’elle permet de fabriquer des coques légères et solides tout en étant peu polluante. Mieux, le centre de gravité, positionné très bas, délivre une stabilité, un confort et une ergonomie optimisée. Résultat ? Une yole en fibre de verre et polyester de 495 cm de longueur, de 78 cm de largeur et d’un poids entre 18 et 20 kg seulement ! Et pour alléger encore la bête, les rames sont en carbone.

photo-Virus-Boats-yolette
Très stables et beaucoup plus légères (18 kg) que d’autres équipements, les coques de ces yoles de mer, sont fabriquées en fibre de verre.

A noter :

La Yolette est dotée de deux petites béquilles munies de roues pour faciliter la mise à l’eau. De plus, facile à manipuler, et à transporter (sur une remorque, une galerie de voiture), sa simplicité (moins de 30 min d’apprentissage), son endurance, sa gestuelle symétrique non agressive et surtout son caractère « sport nature » dans le calme, vous séduiront sans aucun doute.

Pour info :

Virus Boats propose des yoles homologuées en 6° catégorie, qui se déclinent en trois gammes : Club, Class ou Custom, et qui restent simples d´utilisation (voir vidéo ci-dessous) et abordables, adaptées aux loisirs, en mer comme en rivière.

Vidéo comment ramer sur une Yole Virusboats.

A savoir :

Virus Boats, née en 1992 et reprise en 2008 par son actuel dirigeant, Laouen de Kersauson, fils de Florent, inventeur de la route du Rhum, et neveu d’Olivier, le navigateur, leader mondial de l’aviron de loisirs et d’initiation avec plus de 10 000 bateaux produits, emploie une petite dizaine de salariés.

La Yolette est commercialisée à environ 3000 euros.

Plus d’informations : www.virusboats.com

Source vidéo :  Youtube Cercle d’aviron de Vannes

2 COMMENTAIRES

  1. Les hommes, les vrais, les viriles, eux vont continuer à ramer sur la vieille yole « char d’assaut », car c’est vrai, ils n’ont aucun intérêt à ramer sur un bateau plus léger, plus véloce, plus simple à descendre de la galerie, plus facile à mettre à l’eau, etc. Quelle com’ pitoyable…

    Quand aux caractéristiques techniques, là aussi on « nage », c’est le cas de le dire. Un produit infusion dont on ne connaît le poids qu’a 10% près, c’est une première, à moins que ce poids de 18-20kg n’inclue des ballasts variable, ou des options d’équipements plus ou moins lourdes.

    Reste à souligner le « design ». On peut dire qu’il est intemporel. Ça c’est sûr. Il manque carrément de personnalité et d’une quelconque orientation. Il n’est ni sport, ni sophistiqué, ni design, ni spécialement pratique, ni véritablement optimisé. A quoi sert ce pont arrière de porte avion? A emmener les enfants à l’école? A prendre des bagages?

    Pour résumer, on attend encore la yole moderne, on attend de voir Virus sortir du complexe de la baleinière. Encore une occasion de rater malheureusement. Pourquoi Virusboats est il toujours en retrait sur le plan de la conception et de l’architecture? Ce n’est pourtant pas ce qu’on appelle un jeune boite qui cherche ses marques.

LAISSER UNE RÉPONSE

Please enter your comment!
Please enter your name here