Venise sauvée de la montée des eaux, grâce au système baptisé Moïse.

0
1562
photo_venise_mose
Il s’agit d’un chantier pharaonique de 5,4 milliards d’euros pour retenir les eaux venant du large.

Les Italiens craignent de voir Venise sombrer ou perdre pied et pour cause : la ville s’est enfoncée de 23 cm en un siècle, avec une vulnérabilité qui s’est accrue avec la montée générale du niveau de la mer. Il faut savoir que Venise connaît chaque année plusieurs épisodes d' »acqua alta » quand la marée haute dans l’Adriatique dépasse le mètre et fait déborder les canaux, l’eau envahit alors ses sites les plus célèbres, dont la Place Saint-Marc. Pour parer à cela, la « Cité des Doges » ou la « Sérénissime » s’est offert samedi après-midi une démonstration grandeur nature du système Moïse (“Mose” en italien), ces digues flottantes géantes destinées à sauver la Sérénissime des marées hautes (épisodes appelés “Acqua alta”), et des inondations (voir vidéo ci-dessous). A noter que les digues seront là pour réduire le phénomène mais pas pour l’éliminer complètement. Elles ne s’activeront que lorsque le niveau de l’eau dépassera 1,10 mètre.

Le chantier Moïse, qui mobilise une cinquantaine d’entreprises sur près de 20 km dans la lagune de Venise, est doté d’un budget de 5,4 milliards d’euros. Il consiste en la mise en place à l’horizon 2017, de 78 digues mobiles réparties en quatre tronçons sur les trois entrées de la lagune de Venise, la plus grande ayant été divisée en deux tronçons avec la construction d’une île artificielle au milieu.

Vidéo : le premier test du système Moïse à Venise.

A savoir :

Samedi, des dizaines d’officiels, dont le ministre italien des Transports Maurizio Lupi, ont été invités à admirer un premier test du système. Pour la première fois, quatre digues flottantes postées à l’entrée du Lido se sont élevées ensemble afin de retenir les eaux du large (source AFP).

Références et compléments d’information : Wikipedia, Journal Ouest-France, futura-sciences.com, venise1.com et e-venise.com

Source vidéo : euronews

LAISSER UNE RÉPONSE

Votre commentaire
Votre nom