Un bateau de pêche Japonais, disparu en 2011 durant le tsunami, réapparait au Canada.

5
1631
photo-dechets-tsunami-japon
Le chalutier dérive à 280 km au large de la côte sud des îles Haida Gwaii, soit à quelque 1500 km au nord de Vancouver.

Plus d’un an après le tremblement de terre de magnitude 8,9, sur l’échelle de Richter et le tsunami qui ont durement frappé le Japon le 11 mars 2011 , un bateau de pêche, aussi incroyable que cela puisse paraitre,  qui avait disparu est réapparu cette semaine au large des côtes de la province canadienne de Colombie britannique. Les 8.000 kilomètres parcourus à travers l’Océan Pacifique n’ont pas eu raison de ce gros bateau de pêche, long de 65 mètres, ont affirmé CNN et le Vancouver Sun.

Le chalutier qui proviendrait de Hokkaido, a été découvert par des avions de reconnaissance de la force aérienne canadienne à un peu plus de 200 km des côtes de Colombie britannique. Malgré les nombreuses tempêtes sans doute rencontrées, la chaloupe n’a pas pris l’eau. Le bateau a néanmoins beaucoup souffert et les frais de réparations seront sans doute trop élevés, mais le laisser dériver ainsi pourrait constituer un danger pour la navigation et l’environnement.

A noter :

On apprend également, que des débris du séisme survenu le 11 mars 2011 poussés par des courants marins, s’échouent en grande quantité depuis quelques semaines sur les côtes d’Amérique du Nord.

Bateau de pêche Japonais repéré au large des côtes Canadienne.

A savoir :

Il s’agit du premier et du plus grand objet ayant traversé tout l’océan Pacifique depuis le Japon jusqu’aux côtes nord-américaines, à la suite du tsunami du 11 mars 2011. Il pourrait arriver à proximité de la côte dans environ 50 jours, a indiqué une sénatrice américaine de l’Etat de Washington, Maria Cantwell, qui suit de près les questions de la mer.

Source de l’information : http://www.radio-canada.ca

Source vidéo : http://www.rtbf.be

5 COMMENTAIRES

  1. @Franco.Selon les autorités canadiennes, l’armateur japonais du chalutier aurait été informé. Concernant l’équipage, on n’en sait pas plus pour l’instant. Au plaisir de vous relire. Alain Sheller

  2. ça veut dire que les déchets radioactifs de la centrale Fukushima 1 rejetés en mer ont pu faire le même parcours?

  3. Bien sûr que non!
    avec Chernobyl nous avons très bien que les déchets radio-actif n’ont pas de passeport et ne peuvent pas voyager outre frontière

  4. @Regulus.Bonjour. Les 25 millions de tonnes de déchets terrestres produits par la double catastrophe du 11 mars 2011, ont généré quatre à huit millions de tonnes de déchets en mer (pas tous radioactifs). Pour répondre à votre question, oui bien évidemment, puisque les déchets flottants absorbent des micropolluants chimiques et radioactifs, qui suivent le courant de l’Alaska, avant d’être repris par le courant de Californie.

    Pour info, sachez que, suite à cette catastrophe, et dans le but de réduire les risques de contamination radioactive des ressources marines, la stratégie d’OSPAR (mécanisme par lequel quinze gouvernements des côtes et îles occidentales d’Europe, avec la Communauté européenne, coopèrent pour protéger l’environnement marin de l’Atlantique du Nord-Est), à laquelle se conforme chacun des 15 Etats-membres, dont la France et la Grande Bretagne, vise à accéder en 2020, à des rejets radioactifs ou à des émissions et pertes radioactives proches de zéro. L’espoir fait vivre!

    Mais l’océan n’est pas seulement contaminé par la radioactivité, loin de là.

    Pour en lire vraiment + je vous recommande un site internet très instructif et détaillé, et dont voici le lien : http://www.robindesbois.org

LAISSER UNE RÉPONSE

Votre commentaire
Votre nom