Connétable, la plus ancienne conserverie du monde.

0
1884
peche-sardine-connetable
Connétable s’approvisionne en fonction de la saisonnalité des espèces.

Historique :

Peu après la découverte de l’appertisation (technique de conservation des aliments) par le confiseur nantais Nicolas Appert, en 1853, Robert Chancerelle, nantais également, achète une usine à Douarnenez.

Cette usine appelée « friture » est la première qui a abandonné les anciennes « presses » pour développer l’innovant procédé de conservation. Sur le port de Douarnenez, actuellement, elle est la seule conserverie de sardines toujours en fonctionnement.

« Penn Sardin » (têtes de sardine), c’est le nom donné aux Douarnenistes dans la région. C’est dire la relation étroite qui unit – la ville – la sardine – la conserverie. A partir du XIX éme siècle, c’est une histoire qui s’écrit à trois.

Douarnenez :

Douarnenez, ville entièrement centrée sur la pêche à la sardine traverse des périodes d’expansion économique (à la fin du XIX ème, les 32 conserveries de la ville fournissent la majorité des sardines consommées dans le monde), et des périodes de disettes, au gré des caprices de la sardine qui, par périodes, disparaît des eaux.

La structure familiale est simple à l’époque : le père est marin, la femme est ouvrière, le fils mousse, la fille apprentie d’usine.

Le port de Douarnenez.

Le secret de la longévité de W. Chancerelle : « rien n’est jamais acquis ».

Malgré les éclipses de la sardine, les guerres, la concurrence accrue au plan national et européen, la société Wenceslas Chancerelle occupe aujourd’hui la place de leader sur le marché de la sardine. « Ne jamais croire que c’est acquis, rien n’est définitif. Il faut cultiver le doute, le doute et encore le doute », ce propos de Robert Chancerelle, illustre l’état d’esprit qui anime l’entreprise au quotidien. De la lignée des Chancerelle émerge un portrait cohérent d’une famille dans sa relation à la conserverie. La transmission de l’entreprise fait partie de la culture familiale. Ici, il ne s’agit pas d’un héritage individuel mais d’une mission au nom de la tribu.

Les actionnaires, tous de la famille, ont toujours privilégié le réinvestissement des fonds disponibles dans l’entreprise.

Le travail à l’usine :

Pour avoir un résultat à la hauteur, rien ne remplace l’expérience et le savoir-faire des femmes, et la rigueur du procédé. Les sardines sont choisies, triées, préparées et rangées à la main depuis 1853 ; un savoir-faire désormais conforté par les contrôles qualité et les techniques modernes.

Outre cette expérience humaine, « le plus » de la sardine Connétable vient de son mode de cuisson. Elle est frite dans l’huile et non cuite à la vapeur, dans des bassines à frire « Marchadour », ce qui lui donne son caractère croustillant et, paradoxalement, moins gras car moins perméable à l’huile de couverture qui remplit ensuite la boite.

Cinéma à découvrir « L’usine rouge » de Marie Hélia :

  • Bretagne / Documentaire / 1989 / 26min / 16 mm / Couleur /
  • Réalisatrice: Marie Hélia
  • Scénario: Marie Hélia
  • Image: Isabelle Domerc
  • Son: Marc Nouyrigat
  • Montage: Josie Miljevic, Katia Codromaz
  • Production: Lazennec Bretagne
  • Distribution: Lazennec Bretagne, 57 quai de la Prévalaye 35000 Rennes.

L’histoire des conserveries de poisson à Douarnenez : Racontée par celles qui y travaillèrent entre 1905 et 1989, une corporation de femmes qui travaillaient selon les rythmes d’arrivage du poisson, de jour comme de nuit. Leurs luttes et leurs grèves aux côtés des marins, face à des usiniers peu pressés de délier les cordons de la bourse. Le courage de ces femmes fut montré en exemple aux ouvrières hongroises et roumaines. La référence peut faire sourire aujourd’hui, l’important c’est qu’en 1925, leur lutte dépassa les frontières de la Bretagne.

Vidéo : L’usine rouge de Marie Hélia (1989).

A savoir :

Sachez enfin que c’est en 1949 que le fils de Marc Chancerelle, Robert, après les années de guerre, prend à son tour la suite de la conserverie, alors en très mauvaise posture, (la plus petite de Douarnenez). Grâce à un travail acharné, il redresse la société et développe la marque Le « Connétable ».

Depuis plusieurs années, la conserverie Chancerelle implantée à Douarnenez, s’est lancée dans une politique de labellisation de ses conserves de poisson. Vendues traditionnellement sous la marque Connétable, ses conserves AB connaissent un grand succès dans la vague bio actuelle du marché français.

Visitez le nouveau site Connétable : http://www.connetable.com

LAISSER UNE RÉPONSE

Votre commentaire
Votre nom