Peu d’espoir de retrouver des naufragés au sud-ouest de la petite île de Lampedusa (Italie).

0
442
photo-naufrage-italie-Lampedusa
L'obscurité et les conditions météo ont rendu difficiles les opérations de recherches des naufragés.

L’espoir de trouver des survivants au large des îles Pélages en mer Méditerranée, s’amenuise d’heure en heure. Pourtant, le commandant des gardes-côtes de Lampedusa, Pietro Carosia, a estimé hier qu’il fallait « tenter le tout pour le tout » dans « l’espoir de trouver un naufragé, peut-être agrippé à un morceau d’épave« .  Les recherches d’éventuels rescapés ont donc repris dans la matinée de jeudi 7 avril à plus de 70 km au sud-ouest de la petite île de Lampedusa (située à environ 200 km au sud d’Agrigente (Sicile), entre l’île de Malte et la Tunisie, où a fait naufrage, dans la nuit de mercredi à jeudi, une embarcation de seulement 13 mètres de long, arrivée des côtes libyennes et transportant entre 200 et 300 personnes de nationalité somalienne et érythréenne.

Les faits :

Le bateau, parti de Zuwarah à l’ouest de Tripoli (Libye), se trouvait dans la nuit de mardi à mercredi à quelque 70 km au sud-ouest de Lampedusa, quand il a dû affronter une tempête avec des vagues de plus de 3 mètres. À l’arrivée d’une vedette, l’homme à la barre, a semble-t-il, éteint le moteur, accentuant le balancement de l’embarcation qui a chaviré, jetant à la mer ses passagers. Selon l’Organisation Internationale pour les Migrations (OIM), qui a recueilli des témoignages de rescapés, « environ 300 personnes » s’entassaient à bord.

A noter :

Les premiers rescapés, dont une femme enceinte, ont été amenés mercredi matin, sur l’île de Lampedusa. Certains, épuisés, étaient en état de choc et en hypothermie. Ils ont reçu des soins médicaux, du thé et des boissons chaudes.

Vidéo naufrage aux large de l’île de Lampedusa.

A savoir :

L’organisation caritative italienne Fortress estime qu’au moins 3 616 personnes sont mortes en Méditerranée entre 2006 et 2008, en tentant de rejoindre les côtes européennes. Depuis la chute, à la mi-janvier, du président tunisien Zine el-Abidine Ben Ali et l’insurrection en Libye, l’Italie est confrontée à un afflux exceptionnel d’immigrants, plus de 25 000 ayant débarqué dans ce pays. La grande majorité arrive de Tunisie, mais ces dernières semaines, près de 2 000 réfugiés africains, surtout somaliens et érythréens, sont partis des côtes libyennes.

Source de l’article : http://www.lepoint.fr

LAISSER UNE RÉPONSE

Votre commentaire
Votre nom