Ouessant, une catastrophe écologique évitée de justesse.

0
450
Les 13 membres d'équipage ont pu quitter le bateau après le choc et se réfugier dans un radeau de sauvetage.

Alors que les deux navires faisaient route vendredi matin, vers les Pays-Bas, L’YM Uranus, un chimiquier de 120 mètres, chargé de 6.000 tonnes de solvant toxique, a été percuté, au large d’Ouessant, par un cargo « le Hankin Rizhao », un vraquier de 191 mètres construit en 2010,  faisant craindre une catastrophe écologique, finalement évitée.

Le convoi, composé du remorqueur Abeille Bourbon et du YM Uranus, était entré en rade de Brest, peu avant minuit, après plus de 12 heures de remorquage à petite vitesse depuis le lieu de la collision, dans les eaux internationales, au large de l’île d’Ouessant, à plus de 50 milles (environ 100 kms) de Brest.

Le chimiquier amarré depuis samedi matin, dans l’enceinte du port-militaire de Brest, devrait subir des opérations, qui consisteront notamment à alléger le bâtiment, en transférant une partie de sa cargaison dans les soutes d’un autre navire.

Selon la préfecture maritime de Brest qui coordonne les secours en mer, aucun risque de pollution immédiate n’a été identifié. « On n’est pas dans une situation alarmante, il s’agit d’un bateau compartimenté et double coque récent, construit en 2008, et la collision n’a pas atteint de soute sensible du bateau », a précisé le porte-parole de la préfecture maritime, le capitaine de frégate Marc Gander.

Vidéo L’YM Uranus en difficulté (images de la Marine Nationale).

A savoir :

Une enquête a été ouverte par les autorités maritimes pour déterminer les circonstances exactes de la collision.

(Source vidéo : http://www.europe1.fr).

LAISSER UNE RÉPONSE

Votre commentaire
Votre nom