Nicole Van de Kerchove (NVDK), une vie de bateau.

5
3204
Nicole Van de Kerchove, avec sa fille Sabrina, et l' Esquilo, petit côtre de 9 mètres.

Sept fois le tour du soleil.

Pianiste écrivain, et navigatrice, Nicole Van de Kerchove, née d’une famille d’origine belge passe toute son enfance à Camp Bénard, à une vingtaine de kilomètres de Lisieux.

C’est à bord de l’Alouette que Nicole commence à naviguer. Elle a 15 ans. Et alors que tout semble la destiner à une carrière de pianiste, obstinée et silencieuse, elle choisit le chemin de l’aventure. A vingt ans, le rêve devient réalité lorsqu’elle rencontre Bernard Moitessier et Loïck Fougeron. Ils l’adoptent aussitôt et sans réserve dans la famille des premiers coureurs des mers.

Nicole fait construire l’Esquilo, petit côtre de 9 mètres, avec lequel elle part pour un voyage de cinq mois. Elle reviendra sept ans plus tard, après un tour du monde, avec Don et une adorable petite Sabrina, née à Tahiti…

Elle reviendra pour la dernière fois en Terre de Feu le 11 février 2008 , avec Roger Fisset son compagnon. Elle y décède brutalement d’une embolie pulmonaire lors d’une randonnée sur l’île de Navarino, de l’autre côté du canal de Beagle.

Littérature :

Sept fois le tour du soleil, Editions du Pen Duick (1977).
Embarquez vos enfants, Pen Duick (1988).
MDV Maîtres du Vent, (2001).
L’Esquilo en Patagonie, MDV (2004).

Video : Thalassa mars 2008 (par Stéphanie Brabant).

A savoir :

En 1995, Nicole Van de Kerchove, traverse l’Atlantique sur un JOD24 privé de mât, qu’elle propulse à l’aide de cerfs-volant. Par delà la portée poétique et aux antipodes de toute notion de « record » ou de compétition, NVDK, comme on la surnomme désormais, entend démontrer que des naufragés pourraient par ce moyen rallier une terre ou des routes de navigation.

En 2004, elle présente à Dijon le film « L’air de rien » réalisé par Stéphanie Brabant, produit par France 3/Thalassa d’une durée de 26 minutes, relatant cet extraordinaire traversée avec sa fille. Nicole van de Kerchove a reçu, à cette occasion le prix Alain Bombard par le jury des Ecrans de l’Aventure de Dijon. L’année suivante, elle participe au jury du film présidé par le Canadien Bernard Voyer.

Cette amoureuse de la vie laisse derrière elle, trois enfants, Sabrina, Kevin et Kim.

Pour découvrir cette femme hors du commun : http://fr.wikipedia.org

5 COMMENTAIRES

  1. Bonjour, Tres emouvant car je venais de lire  » le voyage de L’Esquilo en Patagonie » Je suis possesseur du TINA qui serait l’ex CAPTAIN BROWNE qu’ a reconnu Loic Fougeron lors de son passage à Douarnenez avec le journaliste de VOILE ET VOILIER …. Enfin grande tristesse qu’a du partager Loic Fougeron !… Avec mes remerciements pour ce beau témoignage . Christian malhomme Ty Anquer 29550 Ploeven .

  2. @malhomme christian.Bonjour,Certaines femmes possèdent des réserves naturelles d’énergie et de beauté. Elles sillonnent le bleu des océans, en troquant les talons hauts et les séances chez le coiffeur, contre des jeans et une paire de Dockside. Bien avant Colomb et Magellan, quelques femmes pleines d’audace ont commandé des navires et écrit dans l’histoire maritime des chapitres qui remontent au temps des vikings. Anne Boney et Mary Read, Marguerite Graham, fille du commandant Graham, elle fût second à bord du yawl le Caplin, Anne Davison en 1952 « Dernier voyage » un livre mémoire sur son sloop de 6m 90 le Félicity Ann, Kwailan La Borde, Edith Stout, Peggy Slater et Nicole Van de Kerchove, navigatrice exploratrice amoureuse de la Patagonie qui disait, logée dans son manoir de Belle Fontaine : « on ne revient jamais tout à fait de Patagonie ». Elle nous a quitté sans souffrance dans l’un des endroits le plus beau au monde et s’en est allée vers des mers inconnues. Je n’ai pas eu l’honneur de la rencontrer ou de naviguer avec elle, mais grâce à vous, à vos témoignages, je la découvre chaque jour un peu plus, merci. Au plaisir de vous relire prochainement, bien cordialement. A.Sheller.

  3. Bonjour Mr Alain sheller, Je vois que vous aimez les femmes et la mer…c’est vrai, certaines aiment les grands espaces et comme la mer ont un goût d’infini. Merci de votre témoignage car lors des grandes solitudes la mer nous redonne tjs l’envie de vivre et d’aller plus loin encore . Kenavo du Tina qui navigue tjs en respectant l’esprit de ces grands navigateurs et du Captain Browne . Kenavo de Douarnenez.

  4. cette femme, je l’aimais !! je l’ai decouverte avec  » 7 fois », j’ai suivi ces aventures, sa rencontre avec don, la naissance de sa fille.. Je l’avais perdue de vue et retrouvé dans « patagonie  » avec kim. J’ai appris a aimer sa faiblesse, sa force, ses doutes, son courage, son envie d’aller toujours vers plus de liberté. Elle ne supportait pas de rester trop longtemps enfermée et la bougeotte lui revenait tôt ou tard.. J’apprend son décès avec tristesse ( même s’il est déjà ancien ) . J’aurai aimer la rencontrer et c’est en cherchant sur internet que je suis tombé avec stupéfaction sur cette nouvelle. Que sabrina, kevin et et kim sachent que je les aime comme les enfants d’une vieille amie..

LAISSER UNE RÉPONSE

Votre commentaire
Votre nom