Mouiller dans les aires marines protégées sera dorénavant payant.

1
1784
photo-iles_lavezzi
Désormais tout navire de plaisance mouillant à l’ancre entre le 1er juin et le 30 septembre, dans les parties prévues pour le mouillage d’une aire marine protégée devra s’acquitter d’une redevance.

Mouiller dans les aires marines protégées (AMP) sera dorénavant payant. Lors de l’examen en première lecture du projet de loi sur la Nouvelle Organisation Territoriale de la République (NOTRe), le Sénat a voté le 20 janvier 2015 en faveur d’une redevance pour les navires de plaisance mouillant dans les aires marines protégées et qui serait perçue par les collectivités gestionnaires.

Les surcoûts générés par l’activité plaisancière pour les collectivités territoriales ou les établissements publics qui assurent la gestion, la préservation et la protection d’une aire marine protégée sur délégation de l’Etat « n’étaient jusque-là couverts par aucune ressource« , a souligné la ministre de la Décentralisation, Marylise Lebranchu. « Or les milieux maritimes protégés en vertu de dispositions légales et réglementaires sont susceptibles d’être mis en péril par la pression exercée par les plaisanciers« .

photo-reserve-des-bouches-de-Bonifacio
La Corse compte deux aires marines protégées dans la Réserve naturelle de Scandola et la Reserve Naturelle des Bouches de Bonifacio (ici sur la photo).

Ces aires marines protégées se trouvent en Corse, outre-mer, et également en Bretagne avec le parc marin d’Iroise, selon la Ministre. Dans ces zones, a-t-elle dit, il n’y a pas de port de plaisance, mais leurs gestionnaires mettent des mouillages à la disposition des plaisanciers. La collectivité territoriale de Corse était particulièrement demandeuse d’une redevance. En effet, depuis que la Sicile a institué une taxe sur le mouillage dans ses aires marines protégées, les bateaux qui mouillaient devant l’île italienne préfèrent maintenant jeter l’ancre dans l’aire marine protégée de Corse, parce que c’est gratuit.

L’amendement va donc permettre aux collectivités gestionnaires d’instituer une redevance de mouillage pour tout navire de plaisance mouillant à l’ancre entre le 1er juin et le 30 septembre en métropole et toute l’année dans les eaux ultra-marines, dans les parties non interdites du périmètre d’une aire marine protégée. Son montant sera calculé en fonction notamment de la durée du mouillage et de la longueur du navire. Il ne pourra pas excéder 20 euros par mètre de longueur du navire et par jour.

Le projet de loi NOTRe devant être voté définitivement en juin de cette année, cette redevance sera mis en place au plus tard au 1er juin 2016, mais le gouvernement réfléchi à une modalité transitoire applicable dès cet été.

On ignore encore le coût d’une telle opération dans sa mise en application et sa mise en place, mais gageons que même si on est favorable à la préservation du littoral, que les rares zones non concernées par cette nouvelle taxe seront surpeuplées.

Source de l’article : http://www.localtis.fr/Anne Lenormand

1 COMMENTAIRE

  1. […] Les députés ont supprimé mercredi 4 février cette redevance pour les navires de plaisance mouillant dans les aires marines protégées qu’avaient votée les sénateurs, sur proposition du gouvernement. Le projet de taxe avait soulevé une bronca dans les milieux de la plaisance. Le Sénat avait introduite cette taxe en première lecture du projet de loi sur la Nouvelle organisa…(NOTRe). […]

LAISSER UNE RÉPONSE

Votre commentaire
Votre nom