Marée noire : Ecocéane, un petit chantier naval de Paimpol (Côtes d’Armor), envoie un prototype de bateau dépollueur en Louisiane.

1
739
Navire de récupération d’hydrocarbures en pleine mer lors de marées noires ou de dégazages.

La navigatrice Maud Fontenoy avait baptisé le bateau le 28 avril 2009 à port de Loguivy-de-la-Mer (côtes d’Armor , proche de Paimpol). Aujourd’hui, suite au naufrage de la plate-forme de forage Deepwater Horizon, le 20 avril dernier, et après plusieurs échec de colmatage, les Etats-Unis, à cours d’équipements spéciaux devant la marée noire, ont demandé l’aide internationale. De ce fait, la jeune société bretonne Ecocéane s’apprête à envoyer en Louisiane un prototype de bateau dépollueur de sa propre conception.

La société Ecoceane :

La société bretonne Ecoceane est spécialisée dans la dépollution marine et l’amélioration de la qualité des plans d’eau. Elle a conçu une gamme de bateaux de nettoyage, les Cataglop, pour les zones portuaires, marinas, canaux et le littoral. Son dernier né, le Catamar, inauguré le 28 avril 2009 par Maud Fontenoy, vice-présidente du conservatoire du Littoral et une délégation de l’Elysée et du MEEDDAT, est le premier navire dépollueur capable de récupérer en mer plus de 100 m3 d’hydrocarbures par heure.

L’aventure Ecoceane débute en 2003. Une équipe passionnée d’écologie rachète un chantier naval. Leur idée était d’augmenter la récupération des hydrocarbures en mer. Après deux ans de R&D, elle met au point le Cataglop, véritable aspirateur de la mer. L’eau est aspirée et filtrée, les macro déchets sont stoppés dans un panier. Les hydrocarbures passent dans un séparateur où ils seront stockés flottants. Ecoceane a breveté cette technologie.

Catamar : un bateau dépollueur révolutionnaire.

La construction du Catamar débute en 2007. Pour sa réalisation, Ecoceane a été conseillée par la Marine Nationale (CEPPOL). Ce navire dépollueur permet la récupération de 100m3/heure d’hydrocarbures, sans créer d’émulsions. Les hydrocarbures récupérés peuvent être transférés au fur et à mesure de leur ramassage dans un navire souteur accompagnateur (1000 à 8000 m3), en cas de pollution majeure au-delà de sa capacité propre. Catamar travaille sur une largeur de 6 m jusqu’à force 3 inclus et nettoie une surface de 40 000 m2/heure. Par Force 4 et 5, il travaille sur 3 m de large et nettoie 20 000 m2/heure. Son radar détecteur de nappes lui permet de travailler 24h/24h et de récupérer 2000 m3/jour.

Améliorer la qualité des plans d’eau :

Ecoceane fournit à l’Etat, aux collectivités locales et aux communes ses solutions pour collecter et stocker les macro déchets ainsi que les hydrocarbures flottants en haute mer, dans les ports, sur les plages, estuaires, lacs, étangs, canaux, fleuves…. Son siège social est à Paris et le chantier naval à Paimpol en Bretagne. Plus de 40 bateaux ont été vendus dans le monde (Afrique, Australie, Uruguay, Turquie et pays de l’Union Européenne).

Le soutien d’OSEO :

Ecoceane a été accompagnée par OSEO Bretagne et le FEDER pour le développement de son concept de bateau dépollueur, via des aides à l’innovation et la réalisation d’une étude de faisabilité pour un nouveau navire . Ecoceane a bénéficié d’un crédit impôt recherche et a également reçu le soutien de la Région Bretagne. Source de l’article et de la vidéo : http://www.oseo.fr

Vidéo : Comment fonctionne le « Catamar ».

A savoir :

Le Catamar, d’une longueur de 18 m, possède une capacité de récupération élevée (jusqu’à 100 m3/heure). Les hydrocarbures passent entre les deux coques du bateau, puis dans un décanteur pourvu d’une grille, servant à retenir les déchets solides. Les déchets collectés ne subissent aucune transformation. Autre avantage, le bateau peut travailler au large et ce 24 heures sur 24 avec un équipage de six personnes. Un petit pétrolier, un souteur, le suivra dans chacune de ses interventions, afin de récupérer au fur et mesure les déchets, avant de les décharger.

L’entreprise a investi près de 4 millions d’euros sur les 5,2 millions d’euros au total pour concevoir ce prototype. « Mais le prix devrait baisser », assure Robert Gastaldi, fondateur de l’entreprise car les prochains bateaux seront plus simplifiés.

Actualité du 6 juin 20109 :

La société paimpolaise Ecocéane serait sur le point d’expédier neuf de ses bateaux en Louisiane, rapporte ce samedi le quotidien régional Ouest-France . Les États-Unis avaient fait une demande d’aide internationale le 28 mai dernier. Le PDG d’Ecocéane Éric Vial a rencontré vendredi le ministre de l’Environnement Jean-Louis Borloo pour formaliser l’offre de la France : neuf bateau dépollueurs. Un « cataglop », petit catamaran en aluminium, est déjà en route. Le départ des huit autres est prévu pour le 16 juin.

1 COMMENTAIRE

LAISSER UNE RÉPONSE

Votre commentaire
Votre nom