Louis Colet : le bateau-pompe le plus puissant d’Europe.

0
2076
bateau-Louis-Colet-photo
Depuis 1971 un détachement du Bataillon de marins-pompiers de Marseille, la 7ème compagnie, assure la défense de la zone industrielle et portuaire de la partie ouest du Port autonome de Marseille (PAM).

 

Depuis le 28 mars dernier,  le plus puissant bateau-pompe d’Europe a retrouvé Port-de-Bouc, une ville touristique et industrielle, située dans le département des Bouches-du-Rhône (13). Après trente-sept ans de service, et près de 14 mois de travaux, le vieux bateau qui utilisait des technologies anciennes, a bénéficié de tous nouveaux équipements, comme un bras élévateur articulé qui peut déposer des pompiers à plus de 17 mètres de hauteur,  ainsi que de nouveaux groupes électrogènes et de nouvelles pompes à incendie. On notera également qu’il a été entièrement remotorisé. Cette remise à neuf qui aura coûté environ 3 millions d’euros, est assurée et financée par le Grand Port Maritime de Marseille, qui en est le propriétaire.

Armé par le bataillon des marins-pompiers de Marseille, le bateau-pompe Louis Colet, avait débuté son arrêt technique en février 2010. Long de 49 mètres pour un déplacement de 650 tonnes en charge, le Louis-Colet compte six canons à eau, dont deux pouvant délivrer de la mousse. Il dispose de deux pompes à incendie de 3000 m3/h chacune, qui peuvent fournir un débit total de 6000 m3/h, soit l’équivalent d’une quarantaine de fourgons incendie. Une pompe de secours, d’une capacité de 160 m3/H, peut éventuellement alimenter le collecteur incendie principal.

Le bâtiment compte une réserve de liquide émulseur de 42 m3 (bas/ moyen foisonnement), 4m3 de liquide émulseur synthétique pour générer du haut foisonnement et 2500 kg de poudre. Sur le pont intervention, les pompiers disposent de 800 mètres de tuyaux de 100 mm et 800 mètres de tuyaux de 70 mm ; ainsi qu’un collecteur incendie principal permettant d’alimenter les établissements. Doté de dispositifs de préchauffage, le navire est immédiatement disponible. Doté d’un bras élévateur et d’une grande échelle, il peut également intervenir sur les ponts des plus grands navires.

Historique :

Construit à Villeneuve-la-Garenne située dans les Hauts-de-Seine, en région parisienne, et entré en service à Port-de-Bouc le 9 juillet 1974, le bateau-pompe a été baptisé en hommage au jeune second maître Louis Colet, du Bataillon de marins-pompiers, décédé au feu en service commandé lors de l’incendie du « Sidi Ferruch », le 11 février 1953. Ce bateau-pompe assure la défense contre l’incendie des navires de commerce au mouillage ou à quai et des installations portuaires et pétrochimiques du premier port français. Sa capacité hydraulique est équivalente à une quarantaine de fourgons incendie.

 

Caractéristiques du bateau-pompe « Louis Colet » 2009 :

  • Longueur : 49,12 mètres
  • Largeur : 9,32 mètres
  • Tirant d’eau : 3,50 mètres
  • Tirant d’air : 16,37 mètres (25 m avec plate-forme élévatrice déployée)
  • Déplacement : 450 tonnes et 655 tonnes en pleine charge
  • Vitesse : 16 noeuds
  • Équipage : environ 18 hommes
  • Distance franchissable : 2.300 nautiques à 16 noeuds
  • Peint en gris

Énergie et propulsion :

  • 1 moteur diesel SACM-Wärtsilä 195 V 12 CSHR
  • 2 hélices – 4.400 ch (3.235 kW)
  • Propulseur d’étrave de 295 kW
  • Propulseur arrière de 295 kW

A noter :

Concernant le carénage du bateau-pompe, l’Amiral précise : « Ça n’a pas été un long fleuve tranquille car c’est un vieux bateau avec une technologie un peu ancienne. Le chantier a été lourd. On a eu quelques mauvaises surprises sur les adaptations de matériel. Maintenant le bateau a une 2eme vie », il est fin prêt pour affronter n’importe quel sinistre.

*Vidéo ci-dessous : Interview du 28 mars 2011, du contre Amiral Delplanque, 24ème commandant du bataillon de marins-pompiers de Marseille depuis 1939 (BMPM).

A savoir :

Capable d’intervenir jusqu’à 60 nautiques des côtes, le bâtiment est essentiellement dévolu à la sécurité des bassins ouest du port de Marseille et du golfe de Fos-sur-Mer. Ses installations prévoient une action éventuelle sur des grands feux d’hydrocarbures à terre ou sur plan d’eau et ses aménagements permettent le logement d’un officier et de 22 officiers mariniers, quartiers-maîtres et matelots. Grâce à la présence à bord d’une cuisine et d’installations sanitaires, le Louis Colet et son équipage disposent de l’autonomie nécessaire pour participer à une intervention de plusieurs jours en dehors de sa zone de ravitaillement.

*Source des images et interview : Rémy Reponty et J-M Darras, pour le journal de Maritima TV.

Source de l’article : http://www.meretmarine.com

LAISSER UNE RÉPONSE

Votre commentaire
Votre nom