L’Hydroptère à l’assaut d’un nouveau record sur le Pacifique.

0
935
photo-L-Hydroptere-a-l-entraînement-pour-la-traversee-Los-Angeles-Honolulu-en-2012
Alain Thébault, et son équipage sont en stand-by pour battre le record Los Angeles-Honolulu, établi en 2005 par Olivier de Kersauson sur Geronimo : 2 215 milles en 4 jours 19 heures, soit 19,2 nœuds.

 

D’ici à quelques jours, le trimaran de 18,28 mètres de long qui a déjà battu un record de vitesse à la voile en 2009 à plus de 50 noeuds (92,6 km/heure) tentera de franchir le record établi par Olivier de Kersauson en novembre 2005 sur Geronimo: rejoindre Hawaï depuis la Cité des Anges en moins de 4 jours, 19 heures et 31 minutes.

L’Hydroptère a déjà cassé quatre fois depuis son premier « vol » en 1994 :

D’après le fougueux et visionnaire Alain Thébault « La première difficulté sera de faire tenir les structures. On a déjà été à +100 à l’heure, mais sur mer plate », souligne le navigateur. « Il faudra bien travailler la stabilité en vol, à entre 20 et 29 noeuds avec trois mètres de houle », ajoute Thébault . « Et puis ne pas percuter d’objet flottant ». Début juin, la « fenêtre météo » sera favorable avec notamment une pleine lune qui offrira de la visibilité la nuit. A suivre!

Pour la traversée, six personnes seront à bord de L’Hydroptère : Thébault devrait notamment être entouré du fidèle Jacques Vincent et de James Spithill, vainqueur de la dernière Coupe de l’America sur un AC72, un autre catamaran volant. L’Hydroptère, dont on peut suivre les aventures sur www.hydroptere.com, devrait aussi longer et filmer le « great garbage patch », une nappe de détritus plastiques qui s’est accumulée au milieu de l’océan et qui aurait la taille de l’Etat du Texas.

Vidéo : L’Hydroptère veut battre le record Los Angeles-Hawaii.

A savoir :

Pour financer ce défi, Alain Thébault, 52 ans, a dû vendre sa maison, avec la bénédiction de ses trois filles, promet-il. Depuis, il a aussi trouvé les derniers fonds qui lui manquaient auprès de la Fondation Prince Albert II de Monaco et de l’Institut océanographique Paul Ricard, entre autres sponsors. Le prince Albert sponsorise aussi le Solar Impulse, l’avion solaire du suisse Bertrand Piccard.

LAISSER UNE RÉPONSE

Votre commentaire
Votre nom