photo-ecole-de-voile-club3
La formation aux métiers de la mer et de la marine donne une qualification et une chance unique de rencontrer des professionnels expérimentés.

All Boats Avenue ouvre un dossier sur les métiers de la mer.

Loin d’être exhaustif, nous essaierons à travers les grands secteurs de cette activité, de saisir les tendances et les évolutions, de lister quelques filières et contacts des différents acteurs de la formation et de l’enseignement des métiers de la mer et de la marine.

Introduction : La mer, un métier, une passion.

La navigation attire neuf millions de plaisanciers, mais elle regroupe également de nombreux métiers plus ou moins connus du grand public, souffrant, pour certains, d’un déficit d’image.

Il faut savoir que le transport maritime, la pêche, les cultures marines et le tourisme littoral font travailler 450 000 personnes en France, sans compter la recherche et la Marine Nationale.

La filière Bretonne, par exemple, regroupe 700 entreprises (16% du total national) et emploie près de 5.100 personnes (12% de l’effectif national). Celle-ci se caractérise par une grande diversité d’activités. Treize secteurs sont identifiés (ingénierie, architecture, construction en série, construction à l’unité ou petite série, équipementier, voilerie-sellerie, motoriste, mécanique, électronique, vente, location, maintenance, shipchandler, petites embarcations). Il s’agit majoritairement de Très Petites Entreprises (TPE).

Les ports de plaisance :

En Bretagne, les ports de plaisance totalisent quelque 63 000 places, réparties entre ports de plaisance sur pontons (20.000), ports de plaisance sur bouées (19.000) et aires de mouillage organisées (24.000). Ils sont le reflet d’une grande diversité, tant par leurs caractéristiques (ports d’échouage, bassins à flot abrités derrière une écluse ou une porte, ports en eau profonde) que par leur mode de gestion (régies municipales, syndicats mixtes, régies autonomes, gestion privée, SEM, chambres de commerce et d’industrie…). La plupart sont regroupés au sein de l’Association des Ports de Plaisance de Bretagne, affiliée à la Fédération Française des Ports de Plaisance. Ils emploient environ 450 personnes «équivalent temps plein », 90% des structures emploient moins de 10 salariés.

Les marins pêcheurs :

En France, ils sont regroupés dans une organisation dans les comités des pêches maritimes et des élevages marins (CNPMEM), divisés en 14 comités régionaux (CRPMEM) et 39 comités locaux (CLPMEM).

Il existe plusieurs sortes de pêches maritimes : la pêche industrielle et la pêche artisanale qui comprend deux catégories : la pêche au large et la pêche côtière. En France, la pêche artisanale est définie comme suit : un patron pêcheur (ou armateur) propriétaire d’un ou deux navires au plus, de moins de 25 mètres, est nécessairement embarqué à bord de l’un d’eux.

La pêche artisanale :

Sur un navire de pêche artisanale travaillent des marins pêcheurs ayant différentes fonctions : le patron pêcheur étant généralement l’armateur lui même, puis il y a les matelots, qui selon l’importance du navire, tiennent des postes plus ou moins définis, comme matelot aux machines et matelot sur le pont.

metiers-de-la-mer
Il faut savoir qu’un poste de marin en France induit 4 emplois à terre.

Les pêcheurs professionnels :

Les pêcheurs professionnels sont généralement rémunérés à la part, c’est-à-dire suivant le produit de la pêche qui est acheté, soit sur les criées, soit directement par les mareyeurs, poissonniers, restaurateurs et consommateurs. Le montant du produit de la pêche est réparti généralement en 3 : une part pour le patron, une part pour le navire, une dernière pour les matelots. Nombreuses entreprises de pêche sont gérées par des groupements spécialisés. Seules les petites entreprises de navires de moins de 12 mètres sont gérées individuellement.

Une autre organisation existe depuis le XVIIe siècle, seulement en Méditerranée, celle des Prud’homies de pêche qui s’apparentent aux « Cofradias » en Espagne. Chaque prud’homie de pêche regroupe les pêcheurs d’un même port pour former une communauté respectueuse des règlementations en vigueur, ainsi que de celles édictées ensemble ; ces dernières ont toujours tenu compte du respect de l’environnement et des ressources ; la notion de partage de ces ressources est essentielle.

Les marins de commerce :

Le marin de commerce occupe un emploi dans la marine marchande sur un navire cargo, un navire à passagers, un navire de service ou un navire spécialisé. Les études menant à la profession de marin de commerce sont régies internationalement par la convention STCW de l’Organisation Maritime Internationale.

En France, les cours sont dispensés dans les lycées maritimes et dans les Écoles Nationales de la Marine Marchande. Les candidats à cette profession sont soumis à une visite médicale d’aptitude à la navigation, ce certificat est délivré par un médecin des gens de mer dans les divers quartiers des affaires maritimes. L’entrée dans la profession est sujette à la production d’un extrait de casier judiciaire vierge. On considère qu’un poste de marin en France induit 4 emplois à terre.

La Marine Nationale :

À la Révolution Française, la Marine Nationale a succédé à la Marine Royale, créée en 1624 par Richelieu. Elle emploie 42 866 militaires et plus de 10 000 civils, elle est appelée familièrement « La Royale », peut-être parce qu’avant d’être nationale, elle a été royale et qu’on lui prête un attachement nostalgique à la monarchie, ou plus probablement parce que l’état-major de la marine est installé au 2, rue Royale à Paris.

Mer et Nautisme : Formation

La Fédération des Industries Nautiques (F.I.N) a pour missions principales de défendre, représenter et promouvoir tous les métiers du secteur nautique français, sur le territoire national et à l’étranger. Son site propose une foule d’informations notamment un guide de formations. En effet, la Fédération des Industries a agréé certains centres de formation, pour dispenser les diplômes de la branche nautique (Certificats de Qualification Professionnelle). Ces centres qui bénéficient d’un enseignement et d’infrastructures techniques de qualité travaillent en collaboration avec leurs professionnels sur tout le littoral français, dont plusieurs en Aquitaine.

Principaux centres de formation aux métiers des industries nautiques :

Espace Formation Yachting est une Association loi 1901, née en 1987, à l’initiative de professionnels du nautisme désireux de qualifier des hommes et des femmes aux métiers de la plaisance. EFY initie, forme, accompagne les jeunes adultes passionnés par la mer, les voiles, les coques, les moteurs… et qui désirent faire de leur passion, un métier. Ce centre de formation aux métiers des industries nautiques,  forme des agents de maintenance marine, des commerciaux filière nautique, des hôtes et hôtesses de bord, électriciens et électroniciens instruments de bord et de mesure, et prépare au Certificat de Qualification Professionnelle pour les selliers nautiques et les voiliers. Ces formations, continues ou en alternance, sont accessibles aux salariés, demandeurs d’emploi, dirigeants et collaborateurs.

Il est à noter que l’EFY est membre de la Fédération des Industries Nautiques, espace territorial d’accès à la qualification professionnelle PACA.

Vidéo présentation d’Espace Formation Yachting (EFY).

Institut Nautique : situé à Concarneau, l’Institut Nautique est le centre de formation des professionnels du nautisme depuis 1965, dédié à l’ensemble des métiers de l’industrie et des services nautiques.

Actualité :

Le Conseil d’Administration du Pôle Mer Bretagne a labellisé, en décembre dernier, le projet de Mastère spécialisé « Energies Marines Renouvelables » porté par l’ENSTA.

Prochaine étape : l’accréditation de la formation par la Conférence des Grandes Ecoles dans l’objectif de lancer la première promotion à la rentrée scolaire 2010.Mastère Spécialisé / Ingénierie Marine / Architecture Navale et Offshore.

Lieu : Brest

Le programme de formation comprendra les modules suivants :
– connaissance des ressources énergétiques,
– sciences de l’ingénieur et technologie,
– environnement côtier et impact,
– énergie marine et société,
– projet et projet de fin d’études (6 mois en entreprise).

Pour plus de renseignements voici le lien : ENSTA Bretagne

Les écoles :

Ecole Nationale de la Marine Marchande : située à Marseille, et à à Saint Malo, cette école est placée sous la tutelle du Ministère de l’Equipement, des Transports et du Logement. L’ENMM,  forme les futurs commandants, les futurs chefs mécaniciens, et les futurs officiers des navires marchands.

Lycée Maritime du Guilvinec : Situé au Guilvinnec, dans le Finistère, ce lycée propose des formations s’adressant aux jeunes qui se destinent aux professions des pêches maritimes. Lycée Professionnel Maritime du Guilvinec en Finistère : Lycee maritime du Guilvinec

Lycée de la mer : Construit en 1991, le lycée de la Mer est agréé lycée des métiers par le Ministère de l’Education Nationale. Son site présente l’ensemble de ses filières, technologiques, scientifiques ou professionnelles. Le CFA et le Greta Aquitaine y sont également présentés. http://webetab.ac-bordeaux.fr

Quelques conseils pour effectuer vos recherches :

Tout d’abord pour commencer votre recherche, il est préférable de consulter les annonces classées, dans les journaux et les revues professionnelles et spécialisées, aux rubriques « Offres d’emploi » et « Carrières » dans le secteur des métiers de la mer.

Ensuite, sachez tirer parti des services en ligne gratuits offerts aux nouveaux arrivants et apprenez à utiliser l’information sur le marché du travail à votre avantage, en rédigeant un bon curriculum vitæ. Pour cela, n’hésitez pas à vous faire valoir auprès des organismes de formations, ou des employeurs potentiels. Le bénévolat reste un excellent moyen d’acquérir une expérience de travail.

Vidéo présentation technicienne en école de voile.

Les principaux sites retenus par All Boats Avenue :

L’École de la mer a produit un site complet qui englobe tous les métiers de la mer. Classés dans les catégories telles que l’administration, l’étude et la protection de l’environnement, la construction et l’industrie nautique, la Marine Nationale, ou encore la plaisance loisirs, chaque métier y est clairement détaillé et répond aux questions : que fait-il ? Où travaille t-il ? Quelles qualités et compétences ? Quelles formations ? Ecole de la mer

France Nautic vous propose quelque deux cents emplois, classés par métiers mis en ligne sur : France Nautique

L’IFREMER (Institut Français de Recherche pour l’Exploitation de la Mer) propose sur internet de nombreux services et produits ayant trait à la recherche et à l’exploitation de la mer, et un panel de formations supérieures qui ont lieu sur toute la France.

A noter : Ifremer vous propose vingt portraits correspondant à vingt métiers. Vous rencontrerez notamment un ingénieur en technologie des pêches, une océanographe physicienne, un chercheur en biologie moléculaire ou un capitaine de navire océanographique.

Pour découvrir tout l’éventail des métiers de la mer, ouvrez Mer et littoral, où vous pourrez télécharger un guide des métiers avec des témoignages, un panorama des formations et les adresses des écoles.

Explorez aussi Formation maritime, où vous dénicherez des vidéos sur le matelot, le lieutenant, le mytiliculteur, l’électricien de bord, le second capitaine, le second mécanicien et d’autres. Il y aussi des fiches métier et formation, les annales des concours maritimes et des témoignages.

Pour une plongée en profondeur dans l’univers de la mer, partez à la pêche aux bonnes adresses sur Musée de la marine, un portail maritime d’une extraordinaire richesse. Vous y trouverez des liens vers des annuaires maritimes, des associations, des bateaux, des musées, des entreprises de pêche ou de construction navale, des centres de recherche et des écoles, entre autres.

Retrouvez des offres d’emploi en ligne sur Pôle Emploi, sur le site emploi naval et maritime Clic and sea, et sur Nautijob (publication d’offres de formation dans toute la France dans le secteur du nautisme).

Les salons de recrutement des métiers de la mer :

Au-delà des informations proposées sur le marché de l’emploi naval et maritime, les salons ( les centres communautaires), à l’image de Clic & Sea, sont aussi des opportunités pour les professionnels du secteur de présenter les différents métiers de la mer, de valoriser et promouvoir un secteur en déficit de personnel qualifié, où parfois la considération donnée à certains métiers fait défaut. Il offre aussi l’occasion unique de rencontrer directement, et en un même lieu, les chargés de recrutement ou les directeurs des Ressources Humaines d’entreprises, ayant de très forts besoins en compétences spécifiques.

Vidéo présentation du métier de skipper.

A savoir :

Autrefois, il existait des voiliers-école de la marine marchande, dont la France garde encore le témoignage, avec le trois-mâts Duchesse Anne à Dunkerque. L’essor de la navigation de plaisance, essentiellement depuis le milieu du XIXe siècle, a d’abord conduit des gens très fortunés à acquérir ou faire construire des bateaux de grande taille, qu’ils étaient incapables de barrer seuls (le Belem, pendant sa seconde vie, fut un Yacht de plaisance). Une profession est ainsi née de cette demande de personnel qualifié mais, globalement, ce furent des marins pêcheurs ou au commerce qui eurent une période de leur existence à la plaisance. En France, des brevets professionnels sont maintenant obligatoires pour occuper ces postes.

2 COMMENTAIRES

  1. bonjour,j ai toujours voulu trevailler sur un bateau de croisiere ainsi marine marchande;j ai un diplome de monteur depanneur frigoriste et j ai les experiences en tant que petites installations et industrielles,ainsi un diplome de magasinier au service militaire au RSMA j espere avec beaucoup d attention recevoir des offres d emploi en ce qui me concerne:un poste technicien de maintenance en froid et clim et polyvalence mecanique ,soudure…magasinier

  2. Bonjour,
    je suis à la recherche d’une société de maintenance nautique afin de concrétiser un Bac Pro Nautisme a l’IPFM de la Seyne sur Mer pour la rentrée 2012.
    A ce jour, malgré beaucoup de démarche, je n’aipas trouvé d’entreprise.
    Je me permet donc vous solliciter , afin si toutefois dans votre entourage nautique vous auriez connaissance d’une entreprise qui pourrait être intéressé par sa candidaturedans le Var.
    Dans la positive, pourriez-vous me transmettre les coordonnées …..
    Je vous remercie par avance pour l’attention que vous porterez a ce courrier.
    Bien cordialement

LAISSER UNE RÉPONSE

Votre commentaire
Votre nom