Les élus européens ont rejeté un projet d’interdire le chalutage en eaux profondes.

1
699
photo Fishing boat
La pêche des 54 espèces définies comme profondes par la Commission européenne reste soumise à des quotas.

C’est une grande déception pour les élus écologistes et associations environnementales qui estiment que cette technique détruit des écosystèmes marins fragiles tels que les bancs de corail et épuise la ressource halieutique en capturant, sans discrimination, des espèces de poissons à croissance et à reproduction lente. Si la logique productiviste du toujours plus, plus loin, plus profond l’a emporté, signalons que le Parlement européen a cependant plaidé pour un contrôle accru des licences de pêche en eaux profondes qui ne seraient plus accordées pour les zones fragiles.

Bruxelles : selon la source (http://www.lefigaro.fr), les élus européens ont rejeté aujourd’hui à l’issue d’un vote serré, par 342 voix contre 326, un projet d’interdire le chalutage en eaux profondes, réputé très destructeur pour les fonds marins, mais farouchement défendu par les armateurs français.

Malgré une forte mobilisation des militants écologistes, notamment en France, les eurodéputés ont adopté le compromis qui avait été dégagé par les membres conservateurs et socialistes de la commission de la Pêche du parlement, se limitant à encadrer le chalutage profond pour protéger les écosystèmes les plus vulnérables.

Le chalutage et l’usage de filets maillants au fond des océans – les deux méthodes les plus destructrices de la pêche dans les grands fonds –, doivent-ils être interdits ? A cette question qui suscite d’intenses efforts de lobbying depuis des mois, les députés européens, réunis en session plénière à Strasbourg mardi 10 décembre, ont finalement répondu non. Les défenseurs des océans espéraient que les élus iraient au-delà du compromis de règlement laborieusement négocié au sein de la commission pêche du Parlement en novembre. Cela n’a pas été le cas.

Vidéo Claire Nouvian (fondatrice et directrice de l’association Bloom) : le chalutage en eaux profondes, une aberration économique et écologique (avant le vote ce mardi, des élus européens).

A savoir :

Après Casino, le groupe Carrefour vient d’annoncer son intention d’arrêter progressivement de vendre du sabre, du grenadier et du brosme d’ici juin 2014.

1 COMMENTAIRE

LAISSER UNE RÉPONSE

Votre commentaire
Votre nom