Le tribunal de commerce de La Roche-sur-Yon, a prolongé d’un mois, la période d’observation accordée au chantier naval Alubat.

1
648
photo-chantier-Alubat
Alubat, ce sont ces beaux bateaux en aluminium, surtout destinés aux gens de mer qui n’hésitent pas à partir à l’aventure

Basé au Château-d’Olonne, le vendéen Alubat, constructeur de voiliers de grand voyage, a été placé en redressement judiciaire le 4 septembre 2013, avec une période d’observation de deux mois. Le tribunal de commerce de La Roche-sur-Yon, a prolongé d’un mois, la période d’observation accordée au chantier naval Alubat.

Après une courte audience, le tribunal de commerce a décidé, mercredi 20 novembre, de prolonger d’un mois la période d’observation. Il s’agit, entre-temps, de pouvoir étudier plus en profondeur les deux offres de reprise déposées, dont l’une hier soir in extremis. Selon les cas, entre 14 et 25 salariés pourraient être repris, sur les 62 actuels. « Mais notre objectif est d’améliorer l’offre », commente l’administrateur judiciaire.

A savoir :

Alubat est une référence dans les voiliers 100 % aluminium destinés au grand voyage, tels les dériveurs intégraux Ovnis, biens connus des globe-trotters, mais aussi les Cigale, plus sportifs, et les Alubat 58. Repris en 2002 par Philippe Aupinel, le chantier culminait à 140 salariés en 2010.

1 COMMENTAIRE

LAISSER UNE RÉPONSE

Votre commentaire
Votre nom