Le Souriceau d’Eric Henseval, un bateau économique, pratique et astucieux.

2
6390
souriceau-interieur
Avec de vraies couchettes, un coin cuisine et une table à carte, le Souriceau offre la mini croisière.

Historique :

Éric Henseval est un architecte naval diplômé du Westlawn Institute Of Marine Technology, Stamford, Connecticut, USA et ancien collaborateur du cabinet Van Peteghem-Lauriot-Prevost (MVP-VLP), réputés leaders des multicoques de course et de croisière.

Le bateau :

Petit croiseur côtier de 4, 75 m, découvert au dernier Salon Nautique de Paris. Le Souriceau répond pleinement aux attentes d’une nouvelle clientèle de navigateur désireux d’acquérir un bateau, facile à manœuvrer, transportable et insubmersible, offrant plusieurs programmes de navigation et donnant en plus le choix d’une construction sur plan pour amateur éclairé ou construit par un chantier professionnel.

Le Souriceau est un dériveur lesté, rapide, pratique, confortable, mouillant peu. Il répond pleinement aux espérances de son architecte, Eric Henseval qui l’a conçu dans l’esprit des bateaux du non moins célèbre architecte Jean-Jacques Herbulot ; c’est-à-dire en bois, simple, robuste, et accessible à la construction amateur.

Il fait 4,75m de long, (environ la longueur flottaison d’un corsaire), et 2,20m de large, soit 30 cm de plus que le Corsaire. Avec son franc-bord important, il a une habilité comparé à celle du Corsaire avec 2 vraies couchettes (2m de long et 650mm de hauteur mini au-dessus), un coin cuisine et une table à carte. Plus stable au portant qu’un Corsaire, le bateau ne manque pas d’atout, échouable, transportable avec sa quille à bulbe rétractable, et ses 2 safrans protégés par de solides ailerons, il est également insubmersible.

souriceau-0448
Le poste de manœuvre est essentiellement situé au niveau du trou d’homme de descente.

Côté construction :

On rejoint la construction d’une caravelle avec plus de franc-bord, aussi à bouchains, en contreplaqué marine de 9mm et verre époxy. Place donc à la construction amateur, « dans son garage », avec des fichiers de découpe du peu de pièces à assembler, de ce bateau simple et flush-deck.

Sur le pont :

Le cockpit est dévolu au beau temps avec des bancs munis de panneaux solaires.

Le poste de manœuvre :

Il est essentiellement situé au niveau du trou d’homme de descente. On y tient bien calé (au-dessus des reins) pour manœuvrer sans efforts d’équilibre. Avec une jupe de kayak, on se passerait même de pantalon de ciré.

A l’intérieur, on barre à l’abri des embruns :

On barre à l’abri des embruns, grâce à une petite barre franche intérieure située sous le plancher de cockpit, où 2 vérins de pilote peuvent travailler à l’abri des intempéries. Les écoutes du solent autovireur et de la grand-voile sont retournées à portée de main du trou d’homme.

Le trou d’homme ( ou panneau de descente) est abrité par une capote à ouverture variable.

Cette capote fournit l’aération de l’habitacle en navigation, en plus du panneau ouvrant vertical de la cloison avant de cockpit, toujours abrité des embruns par une petite casquette.

Vidéo Souriceau vue de l’intérieur.

Particularité du bateau :

Une bulle de plexiglas placée sur chaque bord à travers lesquelles on a une visibilité imprenable sur 360°, assis sur une couchette et rehaussé d’un coussin, barre en main.

Caractéristique :

  • Longueur hors tout : 5.00 m
  • Longueur coque: 4.75m
  • Longueur flottaison : 4.75 m

    trou-d-homme-avec-capote-rabattue-et-bulle-tribord
    Trou d’homme et bulle tribord.
  • Bau maxi : 2,20 m
  • Tirant d’eau maxi : 1,35 m
  • Tirant d’eau mini : 0.57 m
  • Quille rétractable
  • Couchettes : 2
  • Cuisine et table à carte
  • Barres franches intérieure et extérieure
  • Déplacement en ordre de marche : 530 kg
  • Lest : 140kg
  • Surface de voilure maxi au près : 18 m2
  • Transportable, incoulable
  • Construction contreplaqué époxy

Vidéo Souriceau en navigation.

A savoir :

Le 12 mars 2009 : Le premier Souriceau 4,75m version chantier Otarie, navigue!

Il est prévu de créer un événement raid aventure pour traverser en flotte sur un Souriceau.

Souriceau construction amateur :

De manière indicative, comptez environ 8500 euros de matériaux pour le bateau prêt, sans voile, selon fournisseurs. Comptez environ 2000€ pour une GV+Solent et 600€ pour le spinnaker. Prix du dossier Plans-débits-matériaux: 500€.

Construction version Chantier Otarie :

La version du chantier Otarie est différente de la version amateur: par goût du chantier pour les anciennes traditions, il est construit sur lisses et sur ses cloisons, à la manière des premiers bateaux en contreplaqué.

2 COMMENTAIRES

  1. voila 2 voiliers intéressants; le souriceau avec son programme plus que complet et l’aviateur qui semble avoir plusieurs atouts .
    à suivre … 🙂

LAISSER UNE RÉPONSE

Votre commentaire
Votre nom