Le projet pharaonique d’une centrale marémotrice au Royaume-Uni.

0
891
photo_vue-d-artiste-du-projet-de-barrage-de-22-km-estuaire-Severn
Depuis des années, les ingénieurs rêvent d’utiliser la force naturelle des marées pour y produire de l’électricité. Ce rêve pourrait bien devenir un projet sérieux.

 

Un projet titanesque. L’idée développée par l’entreprise galloise Tidal Lagoon Power est de créer un énorme lagon artificiel autour de Cardiff, la capitale galloise. Le projet, qui a lancé son étude d’impact environnemental lundi 2 mars, consiste à construire dans la mer un pharaonique barrage de 22 kilomètres de long, qui formerait un vaste « U » entre l’est et l’ouest de Cardiff. Cela créerait un lagon artificiel de 70 km2.

La technologie est ensuite basée sur le vieux principe des écluses (voir photo ci-dessous). A marée montante, une fois le niveau de la mer plus élevé que l’intérieur du lagon, les turbines situées dans le barrage sont ouvertes, permettant à l’eau de s’engouffrer et de générer de l’électricité. A marée descendante, le phénomène inverse a lieu.

 

photo-maremotrice-cardiff
Le barrage, situé dans l’estuaire de la Severn entre Cardiff et Weston, produirait 5 % de l’électricité britannique, soit l’équivalent de plus de cinq réacteurs EPR.

 

L’entreprise prévoit d’installer entre 60 et 90 turbines. De quoi produire entre 1 800 et 2 800 mégawatts (en comparaison, l’usine marémotrice de la Rance a une capacité de 240 mégawatts), suffisamment d’électricité pour alimenter un million et demi de foyers, soit plus que la totalité des habitants du pays de Galles. Tidal Lagoon Power espère obtenir le permis de construire en 2018, pour une mise en service en 2023. Bien sur ce projet aurait un coût d’environ quarante milliards d’euros.

 

photo_centrale-maremotrice-au-Royaume-Uni
Le projet consiste à construire dans la mer un pharaonique barrage de 22 kilomètres de long, qui formerait un vaste « U » entre l’est et l’ouest de Cardiff. Cela créerait un lagon artificiel de 70 km2.

Pour info :

Entre la Rance et la Severn, le principe est le même, seule l’échelle diffère. Les 216 turbines du barrage britannique fourniraient 35 fois plus de courant que l’usine bretonne.

Vidéo : l’estuaire de la Severn, qui a un fort potentiel pour développer les énergies marines, est aussi un écosystème très protégé. Jusqu’à présent, tous les projets de barrages comme celui de la Rance ont été rejetés par le gouvernement. Le dernier remontant à 2013.

A savoir :

L’estuaire de la Severn qui abrite l’une des plus grandes marées au monde, est l’estuaire du fleuve Severn au Royaume-Uni. Il est à l’embouchure de quatre grands cours d’eau : la Severn, la Wye, l’Usk et l’Avon. Il donne sur le canal de Bristol.

Source vidéo : reportage « Energie a tout prix » par france24

LAISSER UNE RÉPONSE

Votre commentaire
Votre nom