Le Muscadet de Philippe Harlé, l’un des fleurons du chantier naval Aubin.

2
4934
muscadet-ILEAUXMOINES2005.jpeg
Dans les années 60, le Muscadet était l’un des fleurons du chantier naval Aubin.

Historique :

Après des études de physique-chimie, Philippe Harlé fait ses premières armes au Centre Nautique des Glénans dans les années 50, comme responsable de base. Durant l’hiver 58-59, il dessine les plans de l’Archipel, le bateau de liaison et de ravitaillement des îles. En 1961, il dessine le Haddock, un dériveur de 4 mètres en polyester. La même année, il coordonne et rédige le premier tome du Cours de Navigation des Glénans. Dans le même temps, il achève le plan du Muscadet, un croiseur de 6,40 m en contreplaqué. Le prototype sort en 1963 du chantier Aubin.

Le Muscadet :

Le Muscadet est un voilier très marin qui vous révèlera tout son tempérament dans la brise. Les bords de près deviennent un vrai plaisir. En croisière, il emmènera 2, 3 ou 4 équipiers grâce à ses aménagements simples mais bien conçus.

Très à l’aise par petit temps, la version quillard dévoile ses arguments aventuriers lorsque la météo se gâte : redoutable aisance dans le clapot, vitesse flatteuse au portant, même si l’arrière étroit requiert une grande vigilance du barreur. Le Muscadet reste sûr même par mauvais temps. Le pont est de type flush-deck, c’est-à-dire continu.

S’il a pour inconvénients un franc-bord élevé et une tonture négative qui nuisent à l’esthétique, il permet d’avoir une plus grande surface de manœuvre, un plus grand volume dans la cabine et une meilleure solidité.

A l’intérieur, la cabine dispose d’une double couchette en V, à l’avant, séparée de deux banquettes à l’arrière, par une petite cuisine sur bâbord et d’une table à cartes sur tribord. La cuisine est par défaut équipée d’un simple réchaud sur cardan et de quelques équipets. Un évier a été ajouté par la suite.

Caractéristiques :

pharle2
Philippe Harlé

Architecte : Philippe Harlé
Date de naissance du Muscadet : 1963
Chantier: Aubin (En Italie le chantier Santini a également fabriqué des Muscadets)
Longueur de coque : 6,40 m
Flottaison : 5,50 m
Largeur : 2,24 m

Tirant d’eau : 1,10 m ( De 0,70 à 1,10 mètre pour les dériveurs)
Voilure : 19 m² / 40 m² / Surface grand voile : 10.65 m²
Surface génois : 14.40 m² / Spi : 34.40m²
Déplacement: 1200 kg dont 500 kg de lest en fonte.
Jauge : 3 tx 04

S’il ne coûtait que 9 500 francs (environ 1.450 euros) à sa sortie, ce qui le rendait très abordable, son prix était monté à 41 700 francs en 1976 (environ 6.350 euros), le classant parmi les plus chers de sa catégorie ; ceci peut expliquer l’arrêt de sa production en 1979.

L’Association :

Créée en 1987, l’APM, l’Association des Propriétaires de Muscadet, a pour but de réunir les propriétaires de Muscadet ainsi que leurs équipiers et d’organiser des manifestations regroupant ses adhérents.

Bateau connu de tout marin, le Muscadet rassemble à l’APM des passionnés de tous âges et toutes provenances. On y rencontre aussi facilement un musicien retraité qu’un étudiant qui a cassé sa tirelire…, et dans le cockpit un Brestois, un Anglais, ou un Italien…

L’activité de la classe reste dynamique avec notamment un championnat qui rassemble une quarantaine de Muscadet chaque été.

Vidéo Aperçu d’ un  Muscadet.

A savoir :

Le plus beau Muscadet du monde 2008, élu à la majorité à Loctudy, est le Muscadet coque noir Orionis (photo featured) appartenant à M. Jean-Marc Prime. (source de Monsieur Raoul Collant).

Le Muscadet a fêté ses 46 ans au mois avril 2009 ! Ce petit croiseur de 6.40m, de haute mer, sûr et marin, est une référence pour les navigateurs.

A découvrir : Pour enfant et adulte. Vous pouvez construire une maquette en papier du Muscadet, les planches sont disponibles sur le site tout à fait génial : http://lemuscadet.free.fr

Prix pour un Muscadet quillard GTE de 1963, chantier Aubin, rénové dans les règles de l’art (moins de 5 ans) parfait état, environ : 10.000 euros.

Avantage : facile, agréable, performant, valeur sure, élu bateau du siècle.

Inconvénient : La longévité de ce type d’unité n’a d’autres limites que le bon entretien dont elles bénéficient régulièrement.

Visitez le site très sympathique de l’APM : http://www.apmuscadet.com

Dans les années 60, le Muscadet était l’un des fleurons du chantier naval Aubin qui était au début installé à Nantes (pont de la Tortière), puis à Rezé, dans la Loire-Atlantique (France). Il sortira de son chantier quelques 600 exemplaires du Muscadet qui sera un succès. On peut également citer les créations du même architecte : l’Armagnac, et le Cognac.

Élu « Voilier » du 20ième siècle par le magazine Voiles et Voiliers.

Source de l’article en partie de Wikipédia, que je remercie pour la qualité de ses intervenants.

2 COMMENTAIRES

  1. S’il ne coûtait que 9 500 francs (environ 1.450 euros) à sa sortie, ce qui le rendait très abordable, son prix était monté à 41 700 francs en 1976 (environ 6.350 euros), le classant parmi les plus chers de sa catégorie ; ceci peut expliquer l’arrêt de sa production en 1979.

    Pourquoi une telle différence de tarif en 13 ans ?

  2. @Bob740.Bonjour. A mon avis, l’augmentation de la notoriété de l’architecte Harlé, la signature d’un grand chantier comme Aubin (qui disparaitra dans le milieu des années 70), le Muscadet voilier très marin, bien construit (qui rencontre un vif succès dès sa sortie), l’envie des Français de découvrir la navigation à voile côtière, sur des unités légendaires, tout cela mis bout à bout a créé des valeurs humaines, mais aussi et surtout, commerciales. A bientôt. A .Sheller

LAISSER UNE RÉPONSE

Votre commentaire
Votre nom