Le fugu, un poisson japonais, qu’il faut pêcher, découper et préparer avec une extrême prudence.

0
1783
poisson_Fugu_photo
Le fugu a la particularité de se gonfler et de faire sortir de sa peau des petites épines.

 

Fort prisé au pays du soleil levant, ce poisson est connu pour provoquer de très graves intoxications à la tétrodotoxine, une toxine isolée pour la première fois en 1909, et qui est 275 fois plus virulente que le cyanure. Au Japon, seuls les cuisiniers disposant d’une licence (obligatoire depuis 1949), accordée par l’État, sont autorisés à préparer ce plat considéré comme très raffiné.

En effet, séparer les filets des viscères suppose de manier à la perfection un couteau spécial. Faute de quoi se diffusera un poison aux effets foudroyants. La rareté du mets et le folklore lié à sa préparation font de sa dégustation un évènement singulier. Il se sert en sashimi (coupé en tranches fines) et en nabe (une sorte de fondue). Pour en retirer la toxine, il leur faut enlever notamment le foie, les intestins et les gonades. Sa préparation, extrêmement délicate, assurée par des gens compétents et diplômés n’empêche toute fois pas les accidents.

Le fugu (prononcé fougou), évolue au fond des océans, dans les mers chaudes, et se nourrit exclusivement de coquillages et de mollusques qu’il broie grâce à ses puissantes mâchoires. Face au danger, il a la particularité de pouvoir gonfler son corps en aspirant une grande quantité d’eau. D’où son nom de poisson globe ou « pufferfish », en anglais. Ce poisson atypique, de la famille des tétraodons (du grec tetra – quatre – et de odous – dent -), est pêché au printemps puis engraissé dans des cages flottantes jusqu’à l’hiver qui est, traditionnellement au Japon, la saison du fugu.

A noter :

Les femelles sont réputées pour être plus toxiques que les mâles puisque le poison se concentre surtout au niveau des ovaires.

Anecdote :

Le célèbre acteur japonais de théâtre Kabuki, Bandō Mitsugorō VIII, mourut le 16 janvier 1975 des suites d’une intoxication à la tétrodotoxine, après avoir voulu impétueusement goûter au foie de fugu et surtout, consommé la part de ses invités afin de les impressionner.

Vidéo : Le fugu un poisson potentiellement mortel.

A savoir :

Depuis quelques décennies, le fugu, aussi appelé poisson globe, ou poisson-ballon, colonise avec d’autres espèces végétales et animales, la Méditerranée orientale.

Il n’existe à ce jour aucun antidote à la tétrodotoxine qui est résistante à la chaleur.

Pour plus de renseignements sur le fugu, je vous propose l’article très instructif à tout point de vue et dont le titre très évocateur « Le fugu un poisson mortel…lement bon », résume bien le sujet, et dont voici le lien : http://www.wasabi.fr

 

LAISSER UNE RÉPONSE

Votre commentaire
Votre nom