Le ferry Marrakech, sera mis aux enchères le 7 avril 2014 à Sete (Héraut).

0
1477
photo-FerryMarrakech
Le ferry « Le Marrakech », sera mis aux enchères descendantes à partir d’une mise à prix fixée à 800 000 €.

Saisi en 2013 par les autorités françaises à cause des dettes colossales de la compagnie marocaine Comanav-Comarit, ce ferry, long de 126.8 mètres, qui fut si cher au Roi Hassan II, connaitra son sort dans trois semaines, et plus précisément le 7 avril prochain. Ce jour-là, au tribunal de commerce de Montpellier, le Marrakech sera mis aux enchères descendantes à partir d’une mise à prix fixée à 800 000 €.

Ce navire qui agonise dans le port de Sète trouvera-t-il preneur ?

L’EPR n’espère qu’une chose : que le Marrakech suive les traces du Biladi, qu’un remorqueur grec était venu récupérer le 3 juillet dernier. Il a fini ses jours sur un chantier turc. Après avoir peut-être rapporté à son éphémère repreneur, un armateur hellène, deux fois et demi le prix qu’il l’avait payé…

Pour « Le Marrakech », construit aux Chantiers de l’Atlantique en 1986 « Il y aurait quatre candidats, indique Marc Chevallier, le président du port, qui se dit « optimiste » quant à être rapidement débarrassé de cet encombrant pensionnaire. Après l’Edoil, qui vient d’être déchiré, ce serait une bonne nouvelle pour le port. Ne resterait alors plus qu’à espérer la même issue favorable pour le Bni Nsar et le Rio Tagus, ce chimiquier qui pourrit depuis trois ans à Cayenne.

Quels sont donc les candidats intéressés par le rachat du Marrakech ?

Comme le précise le président du port lui-même, « il y a au moins un ferrailleur et un courtier »[TXT] parmi eux. Au cours actuel du métal, un ferrailleur peut escompter une belle plus-value rien que par la revente en pièces détachées de ce ferry de 1 768 tonnes. Pour preuve : l’armateur grec qui avait racheté le Biladi 1,06M d’euros aux enchères pouvait potentiellement, après déchirage, espérer en récupérer 2,5 M !

Mais on sait aussi que Le Marrakech est depuis quelques mois au cœur d’un ambitieux projet (centre culturel et hôtel flottant), porté par deux acteurs du monde des arts sétois, Pascal Larderet et Bernard Tournois. Tous deux auraient embarqué dans cette aventure un investisseur privé… qui pourrait bien être présent ou représenté le 7 avril au tribunal.

Vidéo : arrivée du ferry Marrakech dans le port de Sète (2009).

A savoir :

Après le Biladi, le Berkane, la Comanav ferries-Comarit s’apprête donc, à perdre un autre fleuron du transport maritime marocain. Rappelons que c’est l’Italien Grandi Navi Veloci (GNV) qui a été retenu, à l’issue de l’appel d’offres de mise en location pour un an, de la ligne entre Sète et le Maroc. Cette décision faisait suite à la liquidation de la Comanav ferries-Comarit, qui l’exploitait jusque-là.

Source de l’information : http://www.midilibre.fr

LAISSER UNE RÉPONSE

Votre commentaire
Votre nom