Le brise-glace américain Polar Star, a mis le cap sur l’Antarctique, pour tenter de dégager un navire chinois et un navire russe piégés par la banquise.

0
888
photo-navire-Polar_Star
Ce navire de 122 mètres de long peut fendre 1,8 mètre de glace à trois noeuds de vitesse (environ 5 km/h) et jusqu’à six mètres de banquise selon la manoeuvre dite d’ «éperonnage».

Le navire Polar Star des garde-côtes américains a accepté une demande australienne (AMSA) d’assistance au navire russe Akademik Chokalskiï, immobilisé depuis le 24 décembre à une centaine de kilomètres à l’est de la base française Dumont d’Urville. Il devrait aussi tenter de libérer le brise-glace chinois Xue Long (Dragon des neiges), grâce auquel les passagers du bâtiment russe ont été évacués par hélicoptère jeudi. Pourtant équipé pour se frayer un passage dans les glaces les plus épaisses, le Xue Long s’est à son tour retrouvé prisonnier de la banquise, victime de l’environnement extrême du continent blanc.

Le brise-glace Polar Star, a quitté les Etats-Unis début décembre afin d’ouvrir un chenal pour les navires approvisionnant la base scientifique de MacMurdo. Il est parti de Sydney dimanche avec du matériel et des provisions. Ce navire de 122 mètres de long peut fendre 1,8 mètre de glace à trois nœuds de vitesse (environ 5 km/h) et jusqu’à six mètres de banquise selon la manœuvre dite d’« éperonnage ». Il lui faudra une semaine pour atteindre la Commonwealth Bay où sont piégés les deux bateaux.

LAISSER UNE RÉPONSE

Votre commentaire
Votre nom