L’Albatros : un petit voilier recyclable qui allie les caractéristiques du catamaran et du monocoque

0
4815
photo-Albatros-Jean-Marie-Finot- prototype
La réelle innovation du bateau tient à son mode de construction, qui utilise un matériau tout nouveau répondant au doux nom d’Evolyte by Technyl (photo : Jean-Marie Finot à la barre de son prototype).

Présenté au Nautic 2011, l’Albatros dessiné par le groupe d’architectes naval Finot, est un petit dériveur lesté pour deux personnes, qui allie les caractéristiques du catamaran et du monocoque, et qui conjugue à la fois la stabilité initiale élevée d’un catamaran, et la sensibilité de barre caractéristique d’un monocoque.

Stable rapide, tolérant, et auto-redressable, grâce notamment à la légèreté de sa coque, de son mât carbone et à sa dérive lestée, ce quillard qui ne pèse qu’environ 120 kg tout équipé (quille/dérive 30 kilos/coque 72 kg), a la particularité d’être recyclable en fin de vie, et ne devrait générer aucun déchet.

En effet, ce dériveur léger et sportif se distingue en innovant dans un matériau nouveau répondant au nom d’Evolyte by Technyl. Un composite qui associe un polyamide et de la fibre de verre. Mis au point par la société Rhodia, ce polyamide hyper fluide peut imprégner les fibres et assurer une parfaite homogénéité du composite. Reste ensuite à le mettre en œuvre, et pour cela il fait appel à des moules en aluminium qui doivent chauffer la pièce à environ 280° et à une presse géante de 6 par 4 m. La coque sera ainsi faite de l’assemblage de trois pièces sorties de ces moules (deux moules par pièce).

Construit avec des matériaux résistants, et recyclables, ce nouveau dériveur, solide et insubmersible, offre un cockpit entièrement ouvert, avec un plan de pont simple et clair. Doté d’une large coque, le cockpit offre beaucoup de place, et permet au bateau de porter beaucoup de voilure. Rapide et réactif, il est doté d’une dérive lestée (30 kg) qui s’oriente automatiquement pour suivre l’axe de la carène.

Un concept unique :

Des pièces qui seront collées entre elles mais qui pourraient à l’avenir être soudées. C’est la société Sora Composites qui fabriquera la coque dans son usine Sotira de Meslay du Maine (53).

Côté voilure :

Simple, solide, sûr et économique, l’Albatros propose une grand-voile lattée avec une corne importante, un foc sur enrouleur pour faciliter les manœuvres de départ et d’arrivée, un spi asymétrique sur emmagasineur, et un bout-dehors rétractable. A noter, que le mât est un tube de carbone étanche, soutenu par des haubans textile.

Vidéo : présentation de l’albatros (proto).

A savoir :

Des centaines de milliers d’euros auront été nécessaires pour créer ce nouveau bateau, conçu avec un matériau composite recyclable, développé par Rhodia : « l’Evolite by Technyl ». Ce matériau stratifié, thermo-formable, offre une bonne résistance aux chocs et un rapport élevé poids-rigidité. Il résulte du programme Navecomat, initié par l’Université de Bretagne Sud, destiné à mettre au point des matériaux à empreinte environnementale réduite. Et enfin, le prix de ce dériveur écologique qui allie plaisir et glisse, est proposé prêt à naviguer, à environ : 6 000 euros.

Pour plus d’infos : http://www.albatros-sailing.com ou http://www.finot.com

LAISSER UNE RÉPONSE

Votre commentaire
Votre nom