La paix entre Intermarché et BLOOM est rompue.

0
550
photo-campagne -association-Bloom-gare-du-Nord-Paris
La féroce campagne de l’association Bloom, ici en gare du Nord à Paris, illustre les conséquences, selon elle, de la pêche au chalutage. Une affiche « efficace mais inacceptable » pour Intermarché.

Fondée à la fin de 2004 par Claire Nouvian, Bloom est une association de loi 1901 à but non lucratif qui œuvre pour la conservation marine à travers une démarche de sensibilisation et de médiation scientifique des problématiques environnementales, la production d’études scientifiques et d’analyses pertinentes et indépendantes, ainsi que par la participation à des consultations publiques et des processus institutionnels. Leurs actions s’adressent au grand public ainsi qu’aux décideurs politiques et aux acteurs économiques.

La trahison d’Intermarché sur la pêche profonde :

Il y a un an, après avoir âprement bataillé et fait échouer le vote du Parlement européen sur l’interdiction du chalutage profond, le groupe Intermarché « tendait la main » aux ONG, et en particulier à Bloom qui avaient exposé leurs pratiques de pêche destructrices en grande profondeur, notamment par le biais d’une BD virale réalisée par Pénélope Bagieu. Cette BD militante, avait suscité un engouement hors du commun pour la pétition de Bloom, avec près de 900 000 signatures récoltées contre le chalutage profond.

De ces échanges avec Intermarché, il était ressorti que la flotte de pêche du groupe (la Scapêche) s’engageait à ne plus traîner ses filets au-delà de 800 mètres de profondeur (janvier 2014). « Bien trop profond encore, en regard de l’extrême vulnérabilité de ces milieux marins privés de lumière et des organismes à la croissance lente et à la longévité extrême qu’ils abritent, mais mieux que rien » selon Claire Nouvian, fondatrice de l’association de protection des océans et des emplois durables dans la pêche. Bloom avait donc salué l’effort consenti par le groupe Intermarché, en contrepartie d’un engagement tacite de celui-ci à ne plus faire barrage au règlement européen permettant d’interdire le chalutage profond en Europe et dans l’Atlantique Nord-Est.

Or le double jeu d’Intermarché éclate aujourd’hui au grand jour. Tandis qu’Intermarché neutralisait l’opposition des ONG à sa marque,…., pour lire la suite du communiqué de l’association Bloom, du 20 janvier 2014 c’est ici

LAISSER UNE RÉPONSE

Votre commentaire
Votre nom