La navigatrice Anne Quéméré repart en kayak dans l’océan Arctique.

0
535
photo-anne-quemere-en-2006-a-douarnenez
L’année dernière, Anne Quéméré avait pris des risques insensés en s’embarquant seule et sans arme dans ces contrées sauvages et désertiques où l’ours polaire règne en maître.

 

La navigatrice et sportive française née à Quimper (Finistère) Anne Quéméré, qui avait tenté en vain l’été dernier de franchir en solo et en kayak le passage du Nord-Ouest dans l’océan Arctique (vidéo ci-dessous), mais avait dû raccrocher les avirons en raison d’épouvantables conditions météo persistantes sur son parcours, repart à l’offensive.

« Seuls le temps et la glace sont maîtres… » Pendant une année, Anne a eu tout le loisir de méditer ce vieil adage inuit, sorte de pierre philosophale incontournable qui de tout temps a humblement décidé du quotidien de ces peuples des extrémités boréales glacées, avec lesquels elle a vécu plusieurs mois l’été 2014.

Mais la Quimpéroise est trempée dans le granit. Après de multiples traversées en solitaire et sans assistance de tous les Océans, à la rame ou en kite-boat (bateau tracté par un cerf-volant directionnel), elle a enfin trouvé un adversaire à sa mesure et entend bien en découdre une nouvelle fois pour montrer de quel bois elle se chauffe, y compris dans les hautes latitudes: « Aller au bout de ses rêves ou à tout le moins de ses projets. Celui-ci a été avorté l’année dernière sur décision de mère nature. Mais je ne décroche pas pour autant. Je repars en juin avec cette fois la ferme intention de franchir en trois mois ces 3000 km dans le dédale de terres et de glaces de ce Nord-Ouest mythique entre Pacifique et Atlantique ».

Vidéo : un petit avant-goût d’une expédition à travers le passage du Nord-Ouest, qui relie l’océan Atlantique à l’océan Pacifique à travers les îles arctiques du Grand Nord canadien.

A savoir :

L’année dernière, Anne Quéméré avait pris des risques insensés en s’embarquant seule et sans arme dans ces contrées sauvages et désertiques où l’ours polaire règne en maître. Cette année, elle aura un compagnon de route, Raphaël Domjan, un jeune scientifique suisse adepte des énergies renouvelables et en particulier de l’énergie solaire. « Mais attention, tient à souligner Anne Quéméré, chacun poursuit sa propre aventure, même si elle se déroule en parallèle ».

Source : AFP/Nautisme.com

LAISSER UNE RÉPONSE

Votre commentaire
Votre nom