La fondation Surfrider a choisi comme Ambassadeur des Initiatives océanes 2014, Bixente Lizarazu.

1
1058
photo-Bixente-Lizarazu-mars-2014- Biarritz
Bixente Lizarazu le 14 mars 2014 à Biarritz (64) lors de l’initiative océane du staff de Surfrider Foundation Europe.

Evénement emblématique de Surfrider Foundation Europe (une association à but non lucratif créée en 1990 à Biarritz à l’initiative de surfeurs), les Initiatives Océanes qui débutent ce jeudi 20 jusqu’au 23 mars 2014, ont pour objectif de faire prendre conscience de la pollution du littoral et des océans par les déchets aquatiques, grâce à des opérations de sensibilisation et de collectes de déchets. Cette année, le message des Initiatives Océanes « Jeter par terre c’est jeter en mer » rappelle qu’un geste anodin comme jeter un déchet par terre en ville ou près du littoral peut avoir des conséquences sur le milieu marin.

Pour cette 19ème édition, l’association qui rassemble un réseau d’environ 1500 bénévoles, de 8000 adhérents, d’une quarantaine d’antennes locales et plus de 40 000 sympathisants, a choisi comme ambassadeur, Bixente Lizarazu, un passionné de la mer, d’origine Basque, né à Hendaye, qui soutient avec force cette initiative, depuis plusieurs années. Mais l’état des plages s’est-il amélioré?

Selon une interview accordé il y a quelques temps au quotidien 20minutes.fr, l’ancien joueur de football, ne voit pas réellement d’amélioration sur les plages mais constate que la sensibilité à ce problème est plus forte, et qu’il y a chaque année de plus en plus de gens qui participent aux campagnes de nettoyage et qui s’intéressent à la mer. Mais aussi « qu’il y a toujours plus de gens déçus, voire révoltés, de voir que la mer, fascinante et belle, peut être polluée. Ils essayent de comprendre pourquoi ».

De même, à la question quels types de pollution voyez-vous le plus sur les plages, Bixente Lizarazu a répondu qu’il y a plusieurs types de pollution. « Celle à laquelle nous sommes les plus attentifs sont les déchets plastique. Mais quand il y a de grosses tempêtes comme en ce début d’année, qui remuent le fond des océans et poussent les déchets vers la côte, on voit arriver des tonnes de déchets variés sur les plages. 80 % des déchets viennent de la terre et les 20 % restants des bateaux et de la pollution du littoral« .

Sur le sujet : pensez-vous que l’on en fait assez en amont pour prévenir l’arrivée des déchets sur les plages? « même si on n’agit jamais assez, la preuve en est que nous n’avons pas le sentiment que la quantité de déchets ait régressé sur les plages. Il y a néanmoins des efforts faits en matière de recyclage et de stations d’épuration, même si parallèlement il y a toujours plus de monde sur la planète, plus de monde qui vit au bord de l’eau. Il faudrait déjà fabriquer un peu moins et améliorer encore le processus de recyclage« .

Et enfin, pour conclure : quel type de public est le plus sensible à ces opérations de nettoyage des plages, l’Ambassadeur des Initiatives océanes 2014, Bixente Lizarazu, répond, « que chaque année, nous touchons un plus grand nombre de personnes. Les enfants sont au cœur du projet car le volet éducatif et pédagogique est très important. C’est un apprentissage de vivre avec la nature, d’aimer la mer, de vivre des expériences magiques pour avoir envie de défendre et protéger la mer. Si le message passe, c’est parce qu’on aime la mer et que nous sommes révoltés de la voir polluée » (Propos recueillis par Audrey Chauvet).

Vidéo : Bixente Lizarazu et les Initiative Océanes de Surfrider 2010.

A savoir :

Partout en Europe et dans le monde, des centaines de citoyens, enseignants, sportifs, bénévoles, représentations locales de Surfrider, familles, amis, ont déjà lancé l’organisation de leur collecte de déchets sur les plages, lacs, rivières et fonds marins près de chez eux. Chaque voix compte et l’engagement de chacun peut faire la différence.

Pour info :

Surfrider Foundation Europe est une association à but non lucratif (loi 1901), dévouée à la protection et la mise en valeur de l’océan, des vagues et du littoral. Voir le site

1 COMMENTAIRE

LAISSER UNE RÉPONSE

Votre commentaire
Votre nom