L’ expédition Tara Océans a rapporté un véritable trésor au fond de ses cales.

0
860
photo-le-voilier-tara
Si l’expédition est un succès, elle a surtout permis de rassembler des experts d’horizons différents autour d’une même aventure scientifique.

Tara Océans, initié par la fondation Tara, n’est certes pas la seule expédition de cette nature au XXIe siècle, mais c’est l’une des plus ambitieuses, après celle du Sorcerer II, le voilier du généticien américain Craig Venter, pionnier de la pêche aux génomes à la fin des années 2000.

Pas moins de quatre ans d’expédition pour rapporter un véritable trésor : les 35 000 échantillons de plancton collectés à travers le monde par Tara Océans ont révélé leurs premiers secrets. Les chercheurs du CNRS, du Commissariat à l’énergie atomique (CEA) et de l’European molecular biology laboratory (EMBL) ont déjà répertorié 40 millions de gènes microbiens, inconnus jusqu’à présent. Selon Chris Bowler, directeur de recherches au CNRS, la mise à disposition des données et leur exploitation par d’autres équipes donneront la vraie mesure de la postérité de Tara Océans.

Et enfin, selon les chercheurs de toutes disciplines et de tous horizons, leur exploration va se poursuivre à travers toute la communauté scientifique, qui dispose désormais d’une base de données extraordinaire pour comprendre les interactions entre océan, climat et biodiversité. Par ailleurs, et grâce à cette expédition, nous allons aussi mieux comprendre comment sera l’océan dans 50 ou 100 ans.

Pour info :

Les premiers résultats sont salués par la revue Science, qui a publié le 22 mai un hors-série sur les premiers résultats scientifiques de l’expédition Tara Oceans, A world of plankton. Les chercheurs livrent leurs découvertes sur la biodiversité du plancton, ses interactions, mais aussi sa sensibilité à l’environnement.

Vidéo : si la mobilité de la goélette Tara est un vrai avantage pour des déplacements rapides et efficaces, les stations de prélèvement en haute mer relèvent parfois du défi sportif !

A savoir :

La prochaine mission de Tara Océans sera consacrée aux coraux dans le Pacifique, et s’annonce tout aussi exigeante du point de vue de l’interdisciplinarité. Quelle serait l’approche la plus judicieuse pour apporter des connaissances nouvelles sur ce sujet ? Les experts impliqués en débattent depuis des mois. Les orientations ne sont pas encore arrêtées et le départ n’aura pas lieu avant un an.

LAISSER UNE RÉPONSE

Votre commentaire
Votre nom