Jeanneau Sangria, un nouveau concept de "bateau plaisir".

1
11148
jeanneau-sangria-1
Le Sangria reste un bateau sûr et très agréable à vivre en mer.

Philippe Harlé, architecte naval (1931-1991) a été l’un des architectes les plus féconds de la plaisance moderne.

Historique :

C’est en 1968, que Henri Jeanneau souhaite lancer une nouvelle gamme de voilier. Le chantier recherche alors des plans d’un bateau en polyester de moins de huit mètres, habitable, familial et économique, avec une hauteur sous barrots et marchant bien à la voile. Une première tentative, avec le Storm de Van den Stadt architecte designer de renom, n’ayant pas été convaincante, le directeur commercial de l’époque « Olivier Gibert », confie à Henri Jeanneau : « Si vous voulez moderniser votre flotte, adressez-vous à Philippe Harlé, c’est un jeune architecte de La Rochelle bourré de talent. » C’est ainsi que ce dernier dessine le Sangria, premier croiseur conçu selon le nouveau concept de « bateau plaisir ».

Le Sangria subira deux cures de rajeunissement, en 1975 et 1979, et sera construit en version course avec un nouveau lest sous l’appellation GTE chez Gibert Marine.

Aménagement :

L’intérieur est réellement habitable, les volumes de rangement appréciables ,avec une coque de 7,62 mètres de longueur pour 2,70 mètres de largeur, il abrite quatre couchette réparties en deux postes, avec une bonne hauteur sous barrots dans le carré, une table pour six personnes, un WC marin, une cuisine et un coin navigation avec une vraie table à carte; escamotable. Les rangements et équipets sont nombreux et bien répartis.

Équipement/confort :

Il offre un cockpit, d’un volume moyen, mais suffisant pour accueillir un équipage normal de 4 personnes. Le gréement dormant offre toutes les possibilités de réglage habituelles : rail d’étarquage de grand-voile, double pataras permettant de raidir l’étai en tirant sur la tête de mât. Les filoirs et taquets installés sur le toit du roof peuvent servir à ramener dans le cockpit le bout du halebas de bôme et du palan d’étarquage de grand-voile. La bôme métallique (comme le mât) est équipée pour prendre des ris et comporte un réa arrière pour le passage d’un câble de réglage du point d’écoute. La grand-voile s’envergue directement dans le profilé métallique.

Navigation :

Avec son franc-bord généreux, son maître-bau important, sa facilité à être manœuvrer, que ce soit sous génois ou sous grand-voile seule, le Sangria reste un bateau sûr et très agréable à vivre en mer. A la barre, les réactions sont saines, et au portant, sous spi, le bateau se contrôle facilement. Au près, la stabilité et la raideur sont plus que satisfaisants. Il affectionne tout particulièrement le petit temps.

Pour un cap plus serré, le modèle GTE prendra l’avantage, grâce notamment à son tirant d’eau plus profond et à son accastillage plus conséquent.

Conclusion :

Très recherché pour sa tenue en mer et ses performances, ce bateau, à la carène ronde, marin et sécurisant, offre un programme de croisière côtière sans compromis. Grâce à sa conception centrée sur la vie en mer, le Sangria reste l’un des bateaux qui navigue le plus hors saison.

sangria_22
Il abrite quatre couchettes réparties en deux postes.

Sangria NV Standard.

Architecte : Philippe Harlé
Chantier : Jeanneau
Unités produites : 2.156 + 180 GTE
Années de production : 1969-1984

Caractéristique:

  • Longueur hors tout : 7,60 mètres
  • Flottaison : 5,80 mètres
  • Largeur : 2,70 mètres
  • Tirant d’eau : 1,25 mètres
  • Voilure au près : 21,50 mètres
  • Coque: polyester
  • Nombre de couchages: 4
  • Gréement: Sloop/Cutter

Catégorie de Navigation: 5
Poids : 1.700kg kg

Caractéristique du « Sangria NV GTE » :

  • Tirant d’eau (m) : 1,50
  • Poids du lest (kg) : 790
  • Grand voile (m2) : 10,30
  • Génois (m2) : 22,50

prix moyen d’occasion : 7.600 à 11.600 € selon l’ état, l’ année, le modèle et l’équipement.

Vidéo Sangria en côte Varoise.

A découvrir :

Visitez le site de la très sympathique association du sangria : http://www.123-sangria.org

A savoir :

Vous pouvez vous procurer, sur ce site consacré aux voiliers dessinés par l’architecte du Sangria, un, plusieurs ou la totalité des plans de l’un des bateaux dessinés par Philippe Harlé

1 COMMENTAIRE

  1. Bonjour,
    bien vu l’article mais vous omettez de citer le site des sangria de méditerranée et leur blog ici
    http://sangria.med.over-blog.com/

    ainsi que la page sangria de mon site
    http://s.media.chez-alice.fr/tahina_intro.html

    bonne journée
    eric

LAISSER UNE RÉPONSE

Votre commentaire
Votre nom