Jean Guichard, les voyages et la photographie.

0
821
Jean Guichard, photographe passionné.

Historique :

Jean Guichard est né à Paris le 28 Avril 1952. Enfant, il passe la plupart de ses vacances scolaires chez ses grands-parents bretons, dans le Morbihan.

Très tôt motivé par les voyages et la photographie, il accomplit ses obligations militaires en 1971 en s’embarquant, à Lorient, à bord du Commandant Bourdais, un aviso chargé de l’assistance à la grande pêche. Les chalutiers le conduisent dans les océans Atlantique (Terre-Neuve) et surtout Arctique (mer du Labrador, mer du Groenland, mer de Norvège, mer de Barents).

C’est à Godthab, au Groenland, qu’il acquiert son premier Nikon, financé grâce aux photographies qu’il a vendues à l’équipage.

En 1977, il rejoint l’agence Sygma en tant que photographe reporters . En 1979, l’agence lui confie un portrait d’Eric Tabarly à l’occasion de la mise en chantier de l’hydrofoil Paul Ricard. Il s’en acquitte avec succès et deviendra ami du navigateur.

En 1989, il crée l’agence GLMR avec quelques confrères. C’est à cette époque qu’il commence son travail de fond sur les phares.

En 1992, il publie son premier livre sur les phares aux éditions Ouest-France (Phares). Cet ouvrage est distingué par le Salon du livre de Concarneau, qui lui accorde le premier prix du livre illustré, et par l’académie de Marine qui en fait son lauréat.

Résumé :

L’ouvrage présente trente années de l’œuvre de Jean Guichard. A travers une sélection de 200 photographies, parmi lesquelles des vues aériennes, il nous propose de découvrir les phares des côtes françaises, européennes et nord américaines.

Argumentaire :

Des phares et des hommes.

Cet ouvrage est avant tout la vision d’un homme, un photographe, Jean Guichard, tombé amoureux des phares il y a plus de 25 ans. Il a su faire vibrer le monde entier pour la vie d’un gardien sortant sur le chemin de ronde alors qu’une déferlante monstrueuse s’abattait sur le phare de la Jument. Depuis ce document exceptionnel, Jean Guichard n’a cessé d’en accumuler bien d’autres, tels ceux de l’évacuation du phare de Kéréon en 2004, entre Molène et Ouessant, en mer d’Iroise. Dernière étape d’un lent processus d’automatisation, les phares en mer ne sont plus habités. L’événement est pour chacun l’occasion de dire « sa » vérité sur les phares. Le journaliste traque la nostalgie dans le discours des gardiens, l’ingénieur tente d’atténuer la portée symbolique du moment, Jean Guichard photographie…

guichard

Il nous propose dans ce magnifique album une sélection personnelle de ses plus belles photographies de France et d’ailleurs : États-Unis, Canada, Islande, Finlande, Irlande, Écosse…

Le texte de Vincent Guigueno, docteur en histoire, ancien élève de l’École polytechnique et de l’École nationale des ponts et chaussées, est particulièrement documenté. Il rythme ce périple consacré à la merveilleuse histoire d’une corporation qui lui a toujours réservé le meilleur accueil : les gardiens de phare.

Pour en savoir plus visitez le site du photographe : http://www.jean-guichard.com

LAISSER UNE RÉPONSE

Votre commentaire
Votre nom