Haïti, le port de Port-au-Prince, pas opérationnel avant 90 jours.

1
365
le-port-de-Port-au-Prince
Le port de Port-au-Prince, avant le séisme survenu le 12 janvier 2010.

L’importance des ports dans les îles caribéennes :

Avant le séisme de magnitude 7, du 12 janvier 2010, Haïti, avec ses côtes qui s’étendent sur 1 535 kilomètres, était composé de deux ports internationaux et de 17 ports de cabotage, dont 8 recevaient un trafic international. Aujourd’hui, cela n’existe plus, et l’on constate toute la difficulté logistique à ravitailler en alimentaire et en premiers soins, la population  Haïtienne (Aéroport engorgé, port détruit, routes coupées par les décombres).

Actualité :

Sur place, les ONG et autres organisations internationales sont confrontées à d’importantes difficultés logistiques pour faire entrer l’aide dans le pays, et la distribuer à la population en détresse. Les livraisons par bateau sont en effet impossibles pour le moment, en raison de la fermeture du port de Port-au-Prince, endommagé par le séisme de mardi.

Le premier bateau est arrivé au port de pêche de Port-au-Prince le 15 janvier 2010. Un ferry bleu rempli de bananes et de charbon a pu livrer ses marchandises le même jour, malgré la destruction totale des quais et d’une partie des infrastructures. Selon des responsables haïtiens, au moins 50.000 personnes ont été tuées et 250.000 blessées dans le séisme qui a fait 1,5 million de sans-abri dans un pays souvent en proie à la violence et qui, au cours de son histoire, a connu de nombreux bains de sang.

Côté logistique :

Le port de Port-au-Prince, détruit, pourrait rester hors d’usage pendant 60 à 90 jours, selon le Pentagone, ce qui constitue un problème majeur puisque l’essence fait cruellement défaut sur le terrain. L’aéroport a subi des dégâts mais il fonctionne, sous contrôle des Etats-Unis.

Avec 19 hélicoptères à bord, et plusieurs autres navires militaires amarrés à proximité, le porte-avions Vinson mouille au large de la capitale. Cette flotte sert de base logistique.

La bonne nouvelle :

Une jeune femme Haïtienne qui faisait partie d’un groupe de six Haïtiens, gravement blessés par le séisme de mardi, a accouché d’un petit garçon samedi, alors qu’elle s’apprêtait à monter dans un hélicoptère de la marine américaine, qui l’emmenait sur le porte-avions Carl Vinson. L’hélicoptère a transporté les six blessés et le nouveau-né vers le porte-avions où ils se sont posés vers 19H00 samedi (00H00 GMT dimanche) pour y recevoir des soins.

En tout cas, ce que l’on peut dire, c’est qu’Haïti ne mérite vraiment pas le triste sort qui s’acharne contre elle depuis qu’elle a choisi, au début du 19° siècle, le 1er janvier 1804, d’être la Première République Indépendante Noire d’Amérique.

Vidéo reportage Haïti le port de Port-au-Prince détruit en VO.

A savoir :

Le gouvernement haïtien a décrété dimanche, par arrêté, l’état d’urgence dans le pays, jusqu’à la fin janvier, ainsi qu’une période de deuil national de 30 jours, jusqu’au 17 février, lors de laquelle les drapeaux des bâtiments officiels seront mis en berne.

Haïti, appellation héritée des premiers habitants indiens, république indépendante des Grandes Antilles, occupe le tiers occidental de l’île d’Hispaniola. Elle est limitée au nord par l’Océan Atlantique, à l’est par la République Dominicaine, au sud par la mer des Caraïbes et à l’Ouest par le détroit de Windward qui la sépare de l’île de Cuba.

1 COMMENTAIRE

LAISSER UNE RÉPONSE

Votre commentaire
Votre nom