Guyane, mise en place du permis fluvial.

2
1537
Les fleuves et rivières de Guyane sont des cours d’eau naturels, n’ayant jamais fait l’objet d’aménagement.


La Guyane,est un département d’Outre-mer, situé à 7000 kilomètres de la métropole. Depuis plusieurs décennies, les usagers des fleuves intérieurs guyanais naviguaient sans permis fluvial ou permis « eaux intérieures », pourtant indispensables, selon la législation française. Pour cause, aucun fleuve guyanais ne serait inscrit au réseau des « voies navigables de France », et n’aurait, par conséquent, fait l’objet d’aucun aménagement. Une tolérance qui prendra fin avec la mise en place du permis rivière par les Affaires Maritimes.

Actualité :

Récemment, Laurent Cassius, directeur adjoint des Affaires Maritimes s’exprimait à ce sujet : « Il y a un gros laisser-aller depuis longtemps. Pas de signalisation, et donc pas besoin de permis. C’est comme si vous rouliez avec une voiture au beau milieu d’un champ… ».

De même, la Député Christiane Taubira, de dire en décembre dernier : « La Direction départementale de l’Équipement (DDE) nous délivre des informations contradictoires. Les fleuves de Guyane y sont considérés comme navigables, mais sans les références juridiques attestant de cette navigabilité, et avec la mention que ceux qui y naviguent le font à leurs risques et périls ».

Les statistiques parlent d’elles mêmes :

Selon les statistiques, près de 60 000 personnes vivraient aux abords de ces fleuves, et près de 3 000 enfants les empruntent chaque jour, pour se rendre en classe. Cette forte fréquentation en augmentation se double d’accidents mortels et de noyades, à cause notamment du manque de signalisation.

Depuis Mars 2010, la DDE travaille sur une signalisation, une règlementation fluviale et un balisage des fleuves. Le permis sera ouvert à tous. Les professionnels, quant à eux, devraient obtenir un certificat de capacité, notamment les piroguiers professionnels. Car, comme le signale le responsable de formation des permis bateau Gérard Ohlicher, « En mer comme en rivière, il est capital de connaître les règles de priorité. (…) La plupart des accidents sont dus à cette méconnaissance ». (Source de l’article : http://www.politiques-publiques.com)

Vidéo Guyane française, le fleuve Maroni à la lisière de l’Amazonie.

A savoir :

Ce que prévoit la loi :

La loi est précise, un permis est nécessaire à partir du moment où vous pilotez un navire, dont la puissance motrice est supérieure à 6 chevaux.

Le permis :

L’examen est essentiellement théorique. Comme pour le permis voiture, il y a un code à maîtriser. Les deux codes, mer et rivière, sont distincts. Depuis 2008, l’examen est essentiellement théorique, mais 3 heures minimum de pratique sont obligatoires durant la formation. Le permis bateau coûte en moyenne entre 350 et 450 euros selon les bateaux-écoles. La formation dure environ une semaine. Il y a environ 20 candidats par mois pour le permis bateau en Guyane, avec environ 95% de réussite.

Réglementation fluviale :

Sur son site internet, la DDE précise que les fleuves de Guyane « sont des cours d’eaux naturels, n’ayant jamais fait l’objet d’aménagement. La navigation s’y exerce librement aux risques et périls des usagers qui doivent s’assurer en permanence de la profondeur de l’eau et de l’absence d’écueils et d’obstacles » .

2 COMMENTAIRES

  1. Pour bien connaître ce que font les piroguiers du Maroni, tapez « Piroguiers experts » dans la barre de recherche et vous aboutirez à plus de 20 vidéos tournées sur le fleuve. Le travail des piroguiers ne s’apprend pas dans les livres, le transfert de connaissance se fait en Takitaki.

LAISSER UNE RÉPONSE

Votre commentaire
Votre nom