Un étudiant belge a mis au point un « drone ambulance » qui pourrait bien sauver des vies.

3
1334
photo-un-prototype-de-drone-ambulance-presente-aux-pays-bas
Le drone ambulance, d’Alec Momont (photo ci-dessus) est capable de transporter un défibrillateur à une vitesse de 100 km/h auprès des victimes d’accident cardiaque, et pourrait faire gagner des minutes vitales dans la prise en charge des patients.

Voila une fort belle trouvaille. L’aspect intrusif de ces objets volants, souvent au cœur des polémiques (survol par exemple, des centrales nucléaires françaises), pourrait bien trouver cette fois un écho favorable auprès des professionnels de la santé et du grand public. Aux Pays-Bas, un jeune étudiant belge de 23 ans a réhabilité l’image des drones grâce à son projet de fin d’études. Il a en effet mis au point un prototype de drone, équipé d’un défibrillateur et d’un GPS, qui lui permet de se rendre en toute autonomie sur la zone de l’appel au secours à plus de 100km/h. Un micro et une caméra permettront à la personne qui a passé l’appel de communiquer avec les services de santé le temps qu’une ambulance arrive sur place (voir vidéo ci-dessous). D’autres applications seraient prévues. Par exemple, le transport d’urgence de doses d’insulines à des personnes diabétiques.

« Environ 800 000 personnes subissent un arrêt cardiaque chaque année dans l’Union européenne, et seulement 8% d’entre elles survivent », assure Alec Momont. Et enfin, toujours selon l’étudiant belge, « la principale raison est le temps relativement long nécessaire aux services de secours pour se rendre sur place, soit environ 10 minutes alors que la mort dans ce genre de situation se produit après 4 à 6 minutes ».

Présenté le 28 octobre 2014 aux Pays-Bas à l’université de Delft, le projet à l’état encore de prototype, d’Alec Momont est simple en apparence, équiper une flotte de drones «ambulance » avec un défibrillateur embarqué. Lors de la présentation de son projet, l’étudiant en ingénierie a expliqué que son drone conçu en fibre de carbone « serait capable de transporter un défibrillateur en 1 minute sur une zone couvrant 12 kilomètres carrés, faisant passer les chances de survie de 8 à 80 % ».

Vidéo : présentation du drone d’Alec Momont.

A savoir :

Le projet n’est pour le moment qu’au stade du prototype, mais il devrait voir le jour dans un futur proche tant les services de secours des Pays-Bas se sont montrés enthousiastes. Une initiative qui pourrait s’exporter en France et aider à redorer le blason des drones.

Par ailleurs, avec une structure construite en fibres de carbone et certains éléments produits à l’aide d’une imprimante en 3D, un drone ambulance devrait coûter environ 15.000 euros par pièce. Pour conclure, en zone difficilement accessible ou dépourvue de défibrillateur, le drone ambulance serait indéniablement un outil inestimable pour les services d’urgences cardiologiques. Affaire à suivre!

A lire également : Autonomous Swarm Boats, les nouveaux drones navals de l’US Navy ici

3 COMMENTAIRES

LAISSER UNE RÉPONSE

Votre commentaire
Votre nom