Dubourdieu 1800, des bateaux de caractère, pour une clientèle de plus en plus prestigieuse.

0
2011
Le Classic-express

Historique :

C’est en 1800, qu’un jeune charpentier du nom de Louis Dubourdieu fonda un chantier de construction de  » tilloles « , mot ancien désignant des bateaux de pêche à rames. Le premier livre de comptes ne débutant qu’en juillet 1885, il ne reste du chantier du XlXème que le souvenir forcément imparfait transmis par la tradition orale, et quelques plans. Ces derniers ne portent pas de mention de taille, mais il existait au moins deux modèles de  » tilloles « , la  » Petite  » et la  » Grande « . Ces bateaux de pêche à rames étaient déjà construits à l’unité selon les demandes spécifiques de chaque  » patron « .

Vers 1890, les  » Tilloles  » apparaissent dans le livre de compte avec un gréement complet. Le chantier naval Dubourdieu a donc construit quelques bateaux à voile, mais sur une très courte durée. Trois générations, en descendance directe, traversent le siècle aux commandes d’un chantier naval à la réputation croissante, d’où sortent chaque année entre 12 et 16 bateaux.

A l’aube du XXème siècle, Emile Dubourdieu, 4ème du nom, insuffle au chantier le souffle de la révolution industrielle en construisant les premiers bateaux à pétrole. C’est en 1900 environ qu’apparaît le nom de  » pinasse « , dont l’origine est controversée. Pour certains, il viendrait du pin, bois souvent utilisé dans leur fabrication. Pour d’autres, il viendrait du droit de  » pinasse  » perçu par les seigneurs testerins sur toute pêche effectuée sur le bassin, et abolie à la fin du XVlllème par décret royal.

histo
Dubourdieu devient en 1930, le spécialiste des pinasses automobiles.

En 1930, le moteur à essence règne en maître, et plusieurs constructeurs, originaires du Bassin, inventent le moteur marin : Chevillet, Castelnau, Couach, sont en passe de devenir des grands noms du motonautisme de plaisance. Dès lors, lentement, la part des bateaux de plaisance dans la production du chantier devient de plus en plus importante, pour être majoritaire dès les années 50. En 1931, Emile se retire, laissant le chantier à ses fils, Guillaume et Pierre. Le chantier s’appellera désormais  » Dubourdieu Frères « .

En 1947, le fils de Pierre, Jean-Pierre, fait son apprentissage au chantier. Il reprend l’affaire avec son père lorsque Guillaume part à la retraite en 1961, et commence à dessiner les modèles. C’est à Jean-Pierre que les pinasses actuelles doivent leurs lignes élégantes. Seul maître à bord depuis 1974, c’est encore Jean-Pierre qui  » invente  » en 1981 les  » Classic Express « , pinasses de la nouvelle génération, lignes classiques et construction moderne en bois stratifié. De 1981 à 1999, une quinzaine de ses Classic Express sera mise à l’eau, ainsi que des créations sur mesure pour une clientèle de plus en plus prestigieuse, dont Philippe Starck.

Après 6 générations de Dubourdieu, le chantier se retrouvait sans successeur. L’aventure aurait pu s’arrêter là. Mais laisser mourir un tel savoir-faire était inconcevable. C’eût été mettre en péril la survie d’un patrimoine, d’un métier, d’une race à part de bateaux. Emmanuel et Béatrice Martin, 65 ans à eux deux, ont relevé le défi et racheté le chantier en septembre 2000. Désormais « Dubourdieu 1800 », l’entreprise se modernise et internationalise ses ventes, portée par le phénomène d’engouement pour les bateaux de caractère.

Vidéo présentation du Picnic Sport.

A savoir :

Actualité du chantier naval Dubourdieu :

Le Picnic Sport et le Picnic Cabin, motorisé chacun par deux moteurs de 260cv.

Architecte naval : Vincent Duchatelet.

Visitez le site du constructeur : http://www.dubourdieu.fr

LAISSER UNE RÉPONSE

Votre commentaire
Votre nom