Donald Crowhurst, naissance du premier scandale sportif et maritime.

1
5460
photo-navigateur-Crowhurst-Donald
Donald Crowhurst a fait croire qu’il avait fait le tour du monde à la voile alors qu’il n’a jamais quitté l’Atlantique.

Dans une situation personnelle et financière extrêmement difficile, un homme marié, père de quatre enfants, va s’obliger pour sauver son entreprise en difficulté, à prendre la mer, et participer ainsi à la première course autour du Monde à la voile et en solitaire en 1969, sur un trimaran de fortune de 12,50 mètres de long,  baptisé « Teignmouth Electron ». C’est homme n’est autre que le légendaire Donald Crowhurst, ingénieur radio et grand navigateur, qui sera à l’origine d’un des plus grands scandales sportifs et maritimes de l’histoire.

En effet, souhaitant gagner le prix (environ 5 000 Livres Sterling), offert par le journal organisateur de la course (Sunday Times) pour redresser son entreprise en faillite « Electron à Teignmouth », qui commercialise un appareil de navigation de son invention, il abandonnera secrètement la course tout en transmettant de fausses positions pour faire croire qu’il effectuait réellement le tour du monde prévu. On découvrit, après sa disparition, qu’il avait manifestement sombré dans la folie et fini par se suicider.

Biographie :

Donald Crowhurst était né en 1932 à Ghaziabad (Inde britannique). Sa mère était professeur d’école, et son père travaillait dans la société indienne de chemins de fer. Après l’indépendance de l’Inde, sa famille s’installa en Grande-Bretagne, mais connut des difficultés financières. Donald Crowhurst dut quitter l’école, et devint apprenti au Royal Aircraft Establishment à Farnborough Airfield. Il dut ensuite quitter la Royal Air Force et s’engagea dans l’armée anglaise. Suite à un problème disciplinaire, il quitta l’armée et s’installa à Bridgwater, où il créa une entreprise nommée Electron Utilisation Ltd. Il était également membre du Parti Libéral et fut élu en 1967, représentant du Central Ward of Bridgwater Town Council.

photo-bateau-de-Donald-Crowhurst
Le « Teignmouth Electron » fut retrouvé abandonné en pleine mer, le 10 juillet 1969.

Crowhurst, navigateur amateur, conçut et réalisa un système d’orientation par radio qu’il nomma le Navicator. En raison de difficultés financières, il rechercha des sponsors pour participer à la Sunday Times Golden Globe Race. Son sponsor principal fut l’homme d’affaire Stanley Best, qui avait déjà beaucoup investi dans l’entreprise déclinante de Crowhurst. Crowhurst construisit un bateau nommé « Teignmouth Electron », un trimaran de 12 m conçu par le Californien Arthur Piver.

Il partit de Teignmouth (Devon), le dernier jour prévu par les règles de la course (le 31 octobre 1968). Il rencontra immédiatement des problèmes avec son bateau et son équipement, puisqu’il n’avançait qu’à la moitié de la vitesse prévue. Selon son livre de bord, il ne se donnait lui-même que 50% de chances de survivre au voyage. Il devait donc choisir entre abandonner la course et faire face à une situation économique dramatique, ou continuer un voyage incertain avec un bateau mal préparé. En novembre et décembre 1968, il élabora son plan : il avait prévu d’errer dans l’Atlantique Sud durant plusieurs mois, tout en falsifiant son livre de bord et en envoyant par radio, de fausses positions qui feraient croire à une première place pour son bateau, puis de reprendre la course au moment du retour en Angleterre.

Le bateau « Teignmouth Electron » fut retrouvé abandonné le 10 juillet 1969. La disparition de Donal Crowhurst fut attribuée à un suicide, et l’on supposa qu’il s’était jeté volontairement à la mer, en laissant derrière lui son journal de bord et un grand nombre de notes et considérations philosophiques, bien que sa famille ait toujours cru à un accident. Sa mort fut annoncée dans les médias à la fin du mois de juillet 1969, mais son corps ne fut jamais retrouvé.

A noter :

« Les Quarantièmes rugissants », est un film français de Christian de Chalonge sorti en 1982 et inspiré de l’histoire de Donald Crowhurst

Synopsie du film :

Julien Dantec, ingénieur électronicien, décide de participer à une course de navigation en solitaire autour du monde. Poussé par Barnal, son financier, il prend le départ après une préparation insuffisante. Il se retrouve vite dernier, mais Barnal indique une fausse position et le place en tête de la course. Pris au jeu, Julien s’éloigne de la route imposée pour rejoindre directement le Cap Horn. Mais incapable d’assumer ce mensonge, il se laisse peu à peu gagner par la folie.

Vidéo récit d’une supercherie dans le monde de la voile.

A savoir :

La première course autour du monde en solitaire et sans escale, le Golden Globe 1968-1969, ne fut pas seulement célèbre par l’affaire Donald Crowhurst, mais aussi pour le choix de Bernard Moitessier de renoncer à l’Europe et à la compétition.

Pour info :

La victoire de ce premier tour du monde à la voile en solitaire fût remportée par le navigateur Robin Knox-Johnston, seul à avoir terminé, en 313 jours, à bord de son petit Suhaili.

Source de l’article : http://fr.wikipedia.org

Source vidéo « Le magazine du Fô » : http://www.ina.fr

1 COMMENTAIRE

LAISSER UNE RÉPONSE

Votre commentaire
Votre nom