Walker Bay10, un concept ingénieux made in USA.

3
2874
La clé du succès, plaisir et simplicité.
La clé du succès, plaisir et simplicité.

Historique :

Le Walker bay 10, ce drôle de concept en polypropylène vient tout droit des Etats-Unis. On s’en doutait un peu tant les Américains n’ont aucun a priori en matière de voile. Chez nous, c’est tout le contraire ! Si un bateau ne ressemble pas à un pur racer, il ne suscite à priori aucun intérêt et il nous faut du temps pour valider un nouveau concept. Le Walker Bay en est la preuve flagrante. Il est apparu en France il y a maintenant près de cinq ans. Après des débuts hésitants, la mayonnaise a finalement pris et plus de mille unités ont été vendues entre la France et les Pays-Bas. Les particuliers en sont friands et les écoles de voile les commandent par dizaine. Cette année, la nouveauté réside dans l’ajout d’un boudin pneumatique pour améliorer stabilité et sécurité. Étonnant !!!

Navigation en toute sécurité :

Très sécurisant, le Walker Bay se cale à la gîte sur son boudin. Le foc lui permet de remonter un peu mieux au vent que la version cat-boat (en bleu et jaune).

Le système de safran fonctionne parfaitement, et sans effort.
Pour raidir l’étai, on raccourcit le bout avant de le fixer à l’étrave à l’aide de cet embout en caoutchouc.

Un cockpit très pensé :

Accastillage, système du safran et bout-dehors, sur lequel est amarré le foc, sont fabriqués en France à Port-La-Forêt, par la société Stelpa, spécialisée dans les pièces high-tech (elle travaille entre autres avec Michel Desjoyeaux sur Géant). Le Walker Bay est donc très bien équipé. L’ingénieux système de relevage du safran marche à tous les coups. Les taquets, très fonctionnels, ont un design moderne et le bout-dehors est d’une rigidité à toute épreuve.

A bord, pas de pièce métallique, ni de câble : les haubans sont en textile (Spectra). La grand-voile est équipée d’un ris, facilement adaptable sur la bôme grâce à un système de sangles. Enfin, le tout se stocke très facilement, le polypropylène ne craignant pas grand-chose.

Fiche technique:

  • Architecte Paolo Rista
  • Constructeur Walker Bay
  • Longueur coque 2,95 m
  • Largeur 1,45 m
  • Poids 57 kg
  • Grand-voile/foc 5,50/1,40 m2
  • Capacité deux adultes ou trois enfants
  • Prix coque nue 985 € (6 461 F)
  • Blue Max complet 2 122 € (13 919 F)
  • Kit pneumatique 884 e (5 799 F)
  • Kit voiles High Performance 1 248 € (8 186 F)

Vidéo voilier dériveur Walker Bay.

A savoir :

Visitez le site constructeur : http://www.walkerbay.com

Source article : Olivia Maincent sur bateaux online.

3 COMMENTAIRES

  1. Un « semi-rigide à voile », il fallait y penser !

    J’ai découvert le Walker Bay il y a deux ans, sur un petit salon nautique à Carqueiranne, où il n’était hélas pas vraiment mis en valeur, le vendeur le négligeant avec une reflexion du style « pas assez cher, mon fils ! ».

    Je suis étonné que toutes les annexes de voiliers et autres yachts à moteur assez importants en taille n’aient pas encore été remplacées par ce petit bateau formidable !

  2. @Guy Capra.Il faut laisser le temps au temps; vous en savez quelque chose en tant que créateur du Scullmatix,ceci dit vous avez raison ce petit fifty mériterait un peu plus de considération.A bientôt de vous lire.

LAISSER UNE RÉPONSE

Votre commentaire
Votre nom