Conférence Environnementale 2013 : L’ONG Surfrider Foundation a suscité l’adhésion d’Arnaud Montebourg.

0
358
photo-Surfrider-Foundation
Le sac plastique à usage unique est devenu le symbole de notre société de consommation. Utilisés en grand nombre pour une utilité limitée ces sacs se retrouvent sur le littoral et dans les océans et ont des conséquences avérées sur le milieu marin.

La sensibilisation des consommateurs, et plus largement des citoyens, sur la pollution en général, et celle des sacs plastique à usage unique en particulier, peut être un déclencheur pour changer de comportement; à condition d’éviter la notion de culpabilité, mais en déclenchant la prise de conscience des pollutions engendrées par leur négligence. Aussi et surtout, cette action devait pousser les pouvoirs publics à prendre des mesures pour s’attaquer à ce fléau. Apparemment c’est chose faite, puisque deux ministres entre autres de l’état français ont souscrit pleinement à cette initiative.

Les interventions énergiques de Nicolas Hulot et de Stéphane Latxague, Directeur Général de Surfrider Foundation Europe (Association loi de 1901 à but non lucratif), demandant l’interdiction des sacs plastiques à usage unique lors de la table « Economie Circulaire » de la Conférence Environnementale, ont suscité l’adhésion d’Arnaud Montebourg, Ministre du Redressement Productif.

A cette occasion, ce dernier a annoncé que ces revendications faisaient écho à de précédents échanges avec Philippe Martin, Ministre de l’environnement, sur l’interdiction des sacs oxo-fragmentables d’ici à 2 ans. Arnaud Montebourg a par ailleurs ajouté que 95 % des sacs plastiques proviennent de Chine : c’est pourquoi une interdiction de tous les types de sacs plastiques est envisageable au même titre que celle déjà planifiée des sacs oxofragmentables, et ce sous réserve qu’une filière de substitution française soit développée.

Surfrider se félicite de la prise de position des Ministres sur ce sujet et s’assurera que cette déclaration sera suivie d’actions. Elle veillera à ce que les filières de substitution mentionnées soient véritablement éco-responsables et s’inscrivent dans une logique d’économie circulaire. L’objectif : éviter que soient favorisés des matériaux soi-disant biodégradables.

Si l’enjeu de la Conférence Environnementale ne réside pas dans cette unique mesure, il s’agit d’un premier pas encourageant dans la lutte contre les sacs plastiques à usage unique. Véritables symboles de notre société de consommation, les sacs plastiques à usage unique ont une durée d’utilisation de quelques minutes pour un impact à long terme sur les océans et leur biodiversité. Ils sont d’ailleurs l’un des déchets les plus retrouvés sur les littoraux européens.

ONG engagée dans la lutte contre les déchets aquatiques depuis plus de 20 ans, Surfrider Foundation Europe a lancé dès le mois de mars 2013 une campagne de mobilisation massive des citoyens pour l’interdiction de la distribution des sacs plastique à usage unique en Europe : l’association qui a déjà collecté plus de 16.000 signatures (parmi lesquelles celles de nombreuses personnalités), remettra cette pétition au Commissaire Potocnik le 15 novembre prochain.

Les travaux de la Conférence Environnementale se poursuivront encore une journée, au cours de laquelle seront notamment discutés les objectifs de la future feuille de route du gouvernement en matière d’économie circulaire. Ce modèle est perçu par Surfrider comme l’opportunité de développer un nouvel outil économique de production et de consommation respectueux de l’environnement et des personnes : réorienter nos modes de production et de consommation dès la conception vers une optimisation de l’utilisation de ressources, un renoncement à l’utilisation de produit toxique, le partage, la réutilisation, la réparation et le réemploi conduira de facto à une réduction des déchets aquatiques et à une prise de conscience des industriels, des politiques et des citoyens.

Vidéo ci-dessous :
On dit que chaque année des centaines de milliers d’oiseaux, de poissons, tortues et mammifères marins meurent par ingestion de plastique. C’est difficile à croire, c’est vrai… S’il fallait une preuve en images, voilà la vidéo, filmée en Angleterre en 2010, d’un goéland ingérant en cinq minutes la totalité d’un sac plastique. Il ne pourra pas le digérer, il va mourir dans les jours qui suivent.

A savoir :

Surfrider Foundation Europe est une association à but non lucratif (loi 1901), ayant « pour but la défense, la sauvegarde, la mise en valeur et la gestion durable de l’océan, du littoral, des vagues et de la population qui en jouit ». A sa création, la zone littorale de loisir fut choisie comme zone de référence, mais aujourd’hui leur action englobe de plus en plus les zones de loisirs nautiques des lacs et rivières.

LAISSER UNE RÉPONSE

Votre commentaire
Votre nom