Christian de Gélis, un canoë solaire 100% maison, 100% écolo.

8
1561
Dans notre ère du développement durable, le "Photon" initie la navigation écologique.

Christian de Gélis, ingénieur à la retraite, qui a élu domicile à Orléans, dans le Loiret (45), a navigué à bord de son canoë solaire plus de 450 kilomètres sur la Loire et ses affluents, a traversé le Portugal, et descendu le Po jusqu’à Venise…

« Le Photon« , l’un des premiers canoës solaires de navigation écologique, est une embarcation longue de cinq mètres, construit en aluminium, qui ne pèse que 30 kg, et ayant la particularité d’avancer sans ramer. Conçu pour être rapidement et aisément débarqué, grâce à deux roues de vélo permettant à une personne seule de le mettre à l’eau ou de l’en sortir en 30 secondes en toute simplicité, mais également transportable sur le toit d’une voiture, il offre en plus, un large choix de destinations, et de balades silencieuses au fil de l’eau.

Caractéristiques :

Ce canoë écologique est équipé d’un ensemble de quatre panneaux solaire photovoltaïques, qui alimente  un moto propulseur électrique immergé et totalement silencieux, qui permet d’atteindre une vitesse réglementaire de 6 km/heure sur les canaux. Toutefois dans certains cas, la vitesse du courant des rivières, et des fleuves, peut s’ajouter à la vitesse donnée ci-dessus.

A noter :

Une batterie relais lui permet de fonctionner en absence momentanée du soleil.

Vidéo Christian de Gélis nous présente le « Photon ».

A savoir :

Le prix de « Photon V » se situe actuellement entre 5 et 8 000 euros selon les options.

Contact mail concepteur du « Photon » Christian de Gélis : cdegelis@orange.fr

Tél : 02 38 54 67 42 / 06 07 25 33 42

8 COMMENTAIRES

  1. Concernant le canoe solaire « Photon »:

    Il faut arrêter la désinformation, et l’intox SVP !

    Ce n’est pas parce qu’un canoé porte un panneau solaire qu’il devient écologique ! A défaut de pouvoir présenter de bilan écologique global, présentez donc au moins un bilan énergétique global avant d’affirmer que ce projet est 100% écologique !

    Bilan énergétique :
    Un panneau solaire met des années, en utilisation permanente sur un toit par exemple, à rembourser sa dette énergétique, c’est à dire l’énergie qu’il a falu à sa conception, construction et son transport. J’affirme donc que les panneaux solaires de ce canoe ne rembourseront donc jamais leur dette énergétique et par conséquent, leur utilisation n’est pas écologique !

    Voilà ce qui concerne la dette énergétique des panneaux solaires seuls. Parlons encore de celle des batteries, du moteur, de la coque en aluminium … et du transport de tout cela !

    Bilan écologique:
    Faisons maitenant le même travail pour le bilan écologique de ces mêmes éléments et l’on pourra constater que l’on se retrouve à nouveau largement dans le négatif !

    Gratuit ?
    Encore une petite précision: l’énergie solaire est loin d’être gratuite si l’on considère l’amortissement du matériel qui permet de la capter et de la stoquer !

    Non, non et non ce projet est définitivement pas écologique !
    Si on veut se la jouer au plus éco possible, on prend un canoe de location et on pagaie !

    Déformation journalistique:
    MAIS, LE GENTIL CONCEPTEUR MONTRE SUR LA VIDEO NE PRONONCE JAMAIS LE MOT « ECOLOGIQUE »
    Ce monsieur ne fait que présenter son sympathique bricolage qui lui permet de naviguer en silence et sans efforts. Il ne prétend pas que c’est écologique ! C’est juste un retraité qui navique à l’énergie solaire !

    STOP donc à la déformation journalistique dans le genre: « Solaire= évidemment écologique » et « solaire = gratuit » !

    Merci

    Nico

  2. @Nico. Bonjour. La définition large et courante de l’écologie, comme utilisée ici, ne s’adapte pas tout à fait à votre commentaire, doué de bon sens, (et que j’apprécie par ailleurs, car juste); mais fait plutôt appel à l’écologie en son sens étymologique. Le kayak ou canoë, par définition et de par sa pratique est écologique. Le Photon « canoé solaire », utilise une source d’énergie naturelle, n’émettant et ne rejetant aucune pollution dans sa pratique motorisée, et par ce biais joue un rôle, sur l’environnement, et l’économie, en rejetant, en partie, le principe de sur consommation, d’où l’emploi du mot « écologique » dans le titre de l’article.

    Ensuite, sans me faire l’avocat du diable, et après recherche, il paraitrait que la durée de vie des panneaux photovoltaïques est de 20 ans en moyenne, et qu’ils peuvent être récupérés par les fabricants spécialisés car ils sont recyclables. Lorsque ils sont en fin de vie, ces matériaux peuvent être utilisés par exemple, pour la production de nouveaux panneaux solaires. Pour cela, les panneaux sont fondus pour séparer les différents composants. Les cellules en silicium sont, quant à elles, réutilisées dans de nouveaux modules photovoltaïques après purification. Et enfin, le recyclage de ces panneaux, est soumis à la réglementation sur les déchets d’équipements électriques et électroniques (filière DEEE). J’invite toute personne intéressée par ce sujet, à poursuivre le dialogue directement sur notre forum. Au plaisir de vous relire, et à très bientôt.

  3. Bonsoir,

    Merci Alain pour votre réponse.

    Le mot « écologique » est vraiment très à la mode.
    Il est positif, porteur, attire l’attention, car nous savons tous que l’environnement est en danger. Mais, c’est justement la notoriété qui cause la perte de ce mot, car elle incite à en abuser.

    Parallèlement à son sens premier, il est de plus en plus détourné, récupéré, afin de servir toutes sortes de bénéfices segondaires, commerciaux, journalistiques, politiques, publicitaires etc…

    Pourtant, actuellement, il serait plus que jamais utile à chacun d’entre nous de pouvoir nous-même évaluer si une chose donnée est plustôt favorable, neutre ou négative pour l’environnement.
    Je prétends que la faculté de pouvoir juger de l’impact des choses sur la santé de notre planète n’est pas seulement l’affaire des scientifiques. Elle peut être acquise par la majorité des gens, pour autant que ceux-ci s’intéressent au sujet et apprennent à raisonner d’une manière un peu plus globale en essayant d’établir des bilans écologiques, énergétiques.
    J’ai appellé ce raisonnement: écopensée.

    Avant de pouvoir agir il faut comprendre.
    Avant d’être écologiste, il faut passer par le stade d’écopenseur.
    Je ne suis un écopenseur.

    Le problème, c’est le parasitage permanent auquel nous sommes tous exposés, parasitage au cours duquel le sens du mot « écologie » est régulièrement détourné, violé.
    Les médias en particulier, portent une lourde responsabilité dans la désinformation, ce qui ne rend pas service au simple citoyen qui cherche à faire un petit effort visant à préserver l’environnement.
    Les médias auraient pourtant un rôle important à jouer en faisant germer dans l’esprit des lecteurs, les bases de ce que j’appelle « l’écopensée ». Afin de ne pas les priver des gros titres, ils pourront pour moi se satisfaire de dénoncer et jeter au feu les usurpateurs de l’écologie.

    Pour en revenir au canoe solaire:
    Ce canoe est le louable défi technique d’un ingénieur à la retraite. Je n’ai rien contre ce brave papy qui n’a peut-être plus la forme suffisante pour pagayer sur des longs trajets.
    De même, je n’ai rien contre son embarcation muni de panneaux solaires… on a inventé bien pire !
    Ce qui me dérange, c’est que ce système soit décrit comme étant écologique, alors qu’il ne l’est très certainement pas. Christian de Gélis, le brave papy ne parle d’ailleurs pas d’écologie dans la vidéo…

    Concernant la durée de vie des panneaux solaires:

    Oui, peut-être, il est possible que les panneaux durent 20 ans… Mais, sur un canoe, ils servent quelques semaines par an. Largement pas assez pour payer leur dette énergétique.

    Certes, ils sont peut être recyclables…
    Le mot « recyclable » fait partie des mots ambigus que l’on aime apposer sur des déchets gênants pour se donner bonne conscience.
    « Recyclable » ne veut de loin pas dire « recyclé », ce qui fait une grosse différence ! Il y a qu’à voir les emballages de fast food qui jonchent les espaces publics, qui remplissent les poubelles, alors qu’ils arborent tous le mot « recyclable ».
    Ceci dit, le recyclage lui-même n’est pas forcément propre. Il serait mieux de le considérer le recyclage comme un moindre mal.

    Puisqu’on y est, je vous propose un petit exercice: faites donc le même raisonnement avec le mot « biodégradable »

    Bravo! bienvenus au club des écopenseurs !

    Nico

  4. Votre dialogue me fait penser à mon ancien associé qui me garantissait que les éoliennes n’avaient aucun avenir….et que le solaire n’avait rien d’écologique….Personnellement, j’en connais qui s’enrichissent à en fabriquer….Mais bon OK !

    Alors allons-y à fond avec de bons gros moteurs explosifs, allons-y à fond avec les centrales atomiques, doublons le parc d’avions à réaction, triplons le nombre de bateaux, cargots, yachts de luxe et quadruplons le parc automobile et polluons, polluons, polluons autant qu’on le peut cette planète, notre unique oasis sidérale (il n’en n’a plus pour très longtemps, de toute façon)….

    Il y aura toujours quelqu’un qui dira que c’est la faute au soleil si la glace des pôles fond….Ah! parce qu’elle fond ????

    Les rivières, les champs, les océans sont tous totalement pollués au PCB et autres saloperies humaines…

    Mais bon, arrêter de parler d’écologie, de systèmes écologiques, cela gène certains pro-croissance, pro ultra-libérale, pro-gros 4X4…Hammer et Ferrari et autres porsche, BMW, Audi…

    Il faut consommer coûte que coûte….voilà.

    Ainsi font font font les jolies marionnetes, ainsi font font les jolies marionnettes…

  5. Rien n’est écologique dans la mesure où la consommation est supérieure à la capacité de renouvellement de la ressource.

    L’énergie solaire doit être considérée dans sa globalité. La lumière n’est qu’un élément nécessaire à son fonctionnement. Sans panneau solaire, pas d’énergie solaire.

    Quand il n’y aura plus la matière première pour fabriquer ces panneau, considérera-t-on l’énergie solaire comme renouvelable et donc écologique ?…

    La vraie écologie doit répondre à deux équations :

    1-
    Consommation de l’homme = capacité de la terre à renouveller à la même vitesse

    2-
    Déchets produits = capacité de la terre à les absorber

    Cherchez pas, pour répondre à ces deux équations, il faudrait que l’on soit quelques milliards d’individus en moins…
    Tout le reste n’est qu’une déformation médiatique qui sert à faire vivre celui qui l’utilise.

  6. y aura toujours des pisse-vinaigre qui seront jamais contents.
    vaut mieux un canoe solaire qu’une barcasse avec un moteur thermique, point.
    bravo au papy pour son canoe solaire!

LAISSER UNE RÉPONSE

Votre commentaire
Votre nom