Chili : des pluies torrentielles font six morts, dix-neuf disparus et des milliers de sinistrés.

0
422
photo-inondation-au-Chili-mars-2015
Les précipitations tombées ces derniers jours dans la région chilienne d’Atacama, sont au moins dix fois supérieures à celles enregistrées normalement dans cette région aride.

 

La région chilienne d’Atacama coincée entre la fosse océanique d’Atacama et la Cordillère des Andes, qui compte le désert le plus aride de la planète, se trouvait jeudi sous les eaux avec des pluies exceptionnelles qui ont pris une tournure catastrophique, faisant six morts, dix-neuf disparus et des milliers de sinistrés.

Le gouvernement chilien a décrété le mercredi 25 mars « l’état d’urgence » :

La présidente Michelle Bachelet, qui s’est rendue sur place dès mercredi soir, a relevé que «prévoir les pluies était très difficiles» dans cette région d’extrême sécheresse. Visitant dans la journée la localité de Chañaral, dans une des zones les plus affectées, la présidente a souligné que « l’important maintenant est d’aider les personnes (…), nous faisons tout ce qui est humainement possible », selon les télévisions locales.

Dans certaines communes, où les rues ont été transformées en véritables torrents; plusieurs sinistrés ont dû grimper sur les toits de leurs maisons, ou sur des arbres pour éviter d’être emportés par les eaux, qui ont monté soudainement, une situation comparée par certains témoins à un véritable tsunami.

Pour info :

En raison de très fortes intempéries, les régions chiliennes d’Antofagasta, d’Atacama et de Coquimbo ont été déclarées « zones de catastrophe » par les autorités locales. Ce qui conduit le ministère des Affaires étrangères français à mettre à jour la fiche du Chili dans la rubrique Conseils aux Voyageurs de son site Internet. Il déconseille « vivement » aux ressortissants français de se rendre sur ces zones.

Vidéo : l’état d’alerte décrété dans la région d’Atacama au Chili pour cause d’inondation.

A savoir :

Le météorologue Jaime Leyton estime quant à lui que cette «intensité inhabituelle» serait une manifestation du réchauffement climatique dans cette région d’Atacama, connue pour le désert du même nom, considéré comme le plus aride au monde.

LAISSER UNE RÉPONSE

Votre commentaire
Votre nom