Caleçon de bain Vilebrequin, le chic de la Riviera française.

0
596
photo-Vilebrequin
Sur toutes les plages, la tortue devient le signe distinctif de l’esprit de Saint-Tropez.

En 1971, son fondateur, le journaliste sportif et passionné de course automobile, Fred Prysquel, imagine sous le soleil de la Côte d’Azur la forme d’un bermuda resserré à la taille sur une nappe à carreaux du café Sénéquier à Saint-Tropez. Une marque légendaire est née!

Mais c’est Loïc Berthet (un autre Tropézien), issu du textile, qui reprend l’affaire et fait évoluer la coupe du modèle, la réinterprète dans une toile de spinnaker, un tissu initialement dédié aux voiles des bateaux et aux toiles des cerfs volants, qui a la particularité de sécher plus vite au vent et au soleil, l’équipe d’une poche arrière « sécurisée » par une bande Velcro, d’œillets en Zamak inoxydable, d’un slip intérieur en coton…

Au fil des ans, ce caleçon imprimé pour le farniente est devenu une référence auprès de toute une génération de jet-setters, et businessmen, symbolisant le chic de la riviera française. Le succés de ces maillots de bain de luxe pour homme, chics et décontractés, qui restent le must have sur les plages, a traversé depuis les frontières, de Miami à Rio, de Dubaï à Saint Barthélémy, en passant entre autres par Porto Cervo et Shanghai, soit près de 150 boutiques à travers plus de 52 pays.

Aujourd’hui, l’esprit Vilebrequin doit faire face à la mode et à une nouvelle concurrence. Pour cela la marque Vilebrequin a dû se remettre en question et diversifier ses propositions. Au côté du modèle phare, Moorea, décliné dans pléthore de motifs, on trouve désormais des versions plus courtes et plus ajustées. Si la mode cette année est au short de bain, l’imprimé tortues de Vilebrequin, reste indéniablement un best-seller quelle que soit la tendance.

Vidéo : Vilebrequin, ouvre sa collection aux garçons, avec le concept « tel père, tel fils ».

https://youtu.be/8t_RryxT0mc

A savoir :

C’est en référence à sa passion pour l’automobile et au petit escalier en colimaçon de sa première boutique, que Fred Prysquel baptise sa marque Vilebrequin, dont le nom est emprunté à l’univers de la mécanique. La société appartient depuis le 7 août 2012 au groupe américain G-III Apparel Group, Ltd, un des premiers fabricants et distributeurs de vêtements de plein air, de vêtements de sports, de bain, de plage, mais aussi de vêtements féminins, robes et tailleurs, ainsi que de sacs à main, et de bagages.

LAISSER UNE RÉPONSE

Votre commentaire
Votre nom