Arpège le futur bateau de pêche à propulsion diesel-électrique.

0
5188
photo-bateau-peche-arpeg2
Avec le projet Arpège il s’agit de construire des chalutiers à double propulsion de type diesel-électrique, une technique qui pour l’instant n’est pas appliquée à la pêche (photo : meretmarine.com/Bureau Mauric).

 

Arpège un chalutier sûr, plus économique et surtout plus propre. Après la finalisation des études de conception, le projet, lancé en octobre 2012, entre donc dans sa phase finale. En effet, le chantier Socarenam de Boulogne sur Mer devrait livrer d’ici la fin du premier trimestre, l »Arpège, un démonstrateur du chalutier du futur, un projet porté par Socarenam et les sociétés Bureau Mauric, ENAG, IXBlue et Marinelec.

Conduit par l’Agence de l’environnement et de la maîtrise de l’énergie (Ademe), Arpège (Approche réaliste pour une pêche générique), a été labellisé par le pôle Aquimer. Il s’agit d’établir un nouveau concept de chalutier plus sûr, à propulsion double, une technique inexistante dans la filière pêche, avec un meilleur confort et une carène innovante, mais aussi plus économe dans son fonctionnement (treuils et enrouleurs électriques), plus polyvalent (senne danoise, chalut de fond et pélagique), et donc plus rentable.

Vidéo : les navires du futur.

A savoir :

La Socarenam fondée en 1961, est une entreprise spécialisée dans la Construction et la réparation navale, la chaudronnerie et la mécanique, qui espère construire 10 unités de ce type sous 5 ans, sur un potentiel de 100 bateaux de pêche de 16 à 25 m à renouveler sous 10 ans. Le coût de ce navire expérimental : 8,2 millions d’euros. L’État, par le biais des investissements d’avenir, participe pour 35 %, soit autant que l’armateur étaplois Alexis Hagneré, qui apporte son PME. Région, département et communauté d’agglomération complètent ce projet. La construction en série est visée, pour un coût unitaire d’environ 3,5 millions d’euros.

Pour en lire + : http://www.ademe.fr

A lire également : Les bateaux électriques débarquent

LAISSER UNE RÉPONSE

Votre commentaire
Votre nom