50e Nautic de Paris, les professionnels affichent un optimisme prudent.

0
311
Salon Nautique de Paris. Le dernier rendez-vous incontournable de l'année 2010.

Plus de  250.000 visiteurs  sont attendus durant ce grand rendez-vous , qui sera l’occasion, de découvrir  les dernières nouveautés. Cette année, les organisateurs ont choisi comme thème « les évolutions techniques depuis 1962 » (année de la première édition). Après une année 2009 très difficile, le rendez-vous, est bien sûr très attendu par les industriels français, qui réalisent lors de cette manifestation de 25 à 30% du chiffre d’affaires du secteur pendant les dix jours du Salon. Les professionnels affichent tant bien que mal, un optimisme prudent, et espèrent que la reprise de l’activité va se confirmer, lors de ce salon international de la plaisance à Paris.

Quoi qu’il en soit, pour les passionnés que nous sommes, le salon Nautic, nous fait toujours autant rêver, et reste un vrai moment de rencontre et de festivité au coeur de l’hiver parisien. A.Sheller

A noter :

En ouverture du 50e Nautic, la course en stand-up paddle, qui se déroulera sur la Seine demain, de la Bibliothèque nationale de France au quai de Javel. Au départ, des champions, venant de tous les univers de la glisse chez les femmes, Samantha Davies (star du Vendée Globe), Liz Wardley (Vainqueur de Sydney-Hobart), Faustine Merret (médaille d’or aux J.O planche à voile), Fabienne d’Ortoli (double championne du Monde de kite), ou encore Karine Baillet (vice-championne du Monde de Raid Multisport) sont engagées. Chez les hommes, Eric Terrien (champion d’Europe Race) et Peyo Lizarazu (champion de France vagues), Gaëtan Séné (vainqueur du Naish Sup Tour 2010), Olivier Lalliet (champion du monde Canoë Slalom) et 85 autres concurrents compétitifs vont en découdre dans un froid de canard. Source del’info : http://www.letelegramme.com

Vidéo présentation du salon Nautique de Paris 2010.

Pour en savoir plus sur le Nautic de Paris, c’est ici

Source vidéo : http://www.challenges.fr
Propos recueillis par Jérôme Lefilliâtre, journaliste à Challenges.

LAISSER UNE RÉPONSE

Votre commentaire
Votre nom