L’aventure fabuleuse de Corentin de Chatelperron.

L’aventure fabuleuse de Corentin de Chatelperron.

Premier bateau au monde fabriqué avec des composites intégrant de la fibre de jute.

Corentin de Chatelperron, c’est l’aventure et la science à l’état pur. En effet, ce jeune ingénieur Breton de 27 ans, sans notion de navigation en solitaire à la voile, a réalisé à bord de son embarcation en fibre de jute, une prouesse en ralliant le Bangladesh (Dhaka), à la Ciotat (France – Bouches du Rhône). Parti du delta du Gange en février 2010, à bord de « tara-tari » (« vite » en bengali), un voilier long de 9 mètres, dessiné par le cabinet VPLP, et inspiré des bateaux de pêche traditionnel du golfe du Bengladesh, est arrivé sur les côtes françaises, en août 2010, en passant par l’Océan Indien et la Mer Rouge.

Résumé de l’aventure fabuleuse de Corentin de Chatelperron :

Ce jeune homme de vingt-sept ans a construit lui même son bateau en trois mois. Réalisé à hauteur de 40% en fibre de jute et de matériaux de récupération, le bateau a été testé par l’architecte naval vannetais, Marc Van Peteghempar et par le navigateur, Yves Marre. En plus d’être insubmersible, le bateau se retourne automatiquement s’il est couché par une vague dans une tempête.

Ces résultats ont permis de le valider comme voilier de pêche transocéanique. Pour l’essentiel, il parcourra quatorze mille kilomètres (huit mille milles) du Bangladesh à la France, à travers l’océan Indien, la mer Rouge, le canal de Suez, et la Méditerranée, soit environ six mois de navigation des rives du Gange vers La Ciotat, en passant par les golfes du Bengale et d’Aden, traversant certaines des zones maritimes les plus dangereuses de la planète.

A travers cette aventure portée par l’association Watever, et l’ONG Friendship (chantier naval « Tara Tari »), Corentin de Chatelperron a réussi à prouver qu’un voilier peut être construit avec de la fibre de jute, une plante cultivée qui pousse à profusion au Bangladesh, et qu’une alternative solidaire est possible aux matériaux composites pollueurs et destructeurs de la faune marine.

Ce projet est né d’une évidence et d’un constat pour Corentin de Chatelperron :

« C’est d’abord écologique et c’est ce qui m’a initialement motivé. Je me suis engagé par conviction. Cette aventure rentre, pour moi, dans le cadre de ma formation d’ingénieur. » Mais il a surtout démontré que la navigation en haute mer avec un voilier simple, est réalisable avec des matières naturelles et recyclées.

Vidéo : L’aventure de Corentin de Chatelperron.

A savoir :

Entre autres, le projet de Corentin de Chatelperron, est de créer un centre de recherche pour étudier des solutions aux problèmes de l’eau et au réchauffement climatique au Bangladesh, notamment en développant l’utilisation du jute pour remplacer la fibre de verre dans la construction navale (peu écolo et plus couteuse).

Vous pouvez contacter Corentin de Chatelperron à l’adresse suivante : corentin@friendship-bd.org

Le livre  « L’aventure du Tara Tari » a été présenté en avant première au salon du Nautic à Paris, avant sa sortie en librairie prévue le 1er mars 2011. Pour commander la première édition ou en savoir plus : http://ladecouvrance.izibookstore.com

2 COMMENTAIRES

Laisser une réponse