Entretenir son moteur hors bord, ce qu’il faut savoir.

Entretenir son moteur hors bord, ce qu’il faut savoir.

3 1911
horsbord-moteur
L’immobilisation de l’hivernage impose au propriétaire un entretien rigoureux.

Historique :

D’un bon hivernage dépend souvent la santé printanière de votre bateau de plaisance. Les opérations indispensables, sont plus ou moins couteuses selon, bien sûr, la taille et la nature du bateau, de son utilisation et du nombre de sortie.

C’est à quai qu’un bateau se dégrade le plus. La plupart des navires de plaisance dont l’essentiel est composé de petites unités à moteur allant de 6 à 12 mètres de long, passe pour la très grande majorité d’entre elle, que ce soit des voiliers ou des bateaux à moteur, 11 mois à l’anneau ou à terre pour ne prendre le large qu’à l’heure des grandes vacances.

Partant de cette constatation, et afin de vous éviter de trop grosses dépenses, nous vous donnons ici quelques conseils, pour maintenir votre moteur hors-bord en excellent état de marche. Il suffit pour cela, d’un bon entretien préventif et d’un peu de soins attentifs pour assurer le bon fonctionnement et la fiabilité de celui-ci.

N’oubliez pas que le temps de vieillissement d’un bateau c’est essentiellement celui de sa non utilisation.

Pour maintenir en excellent état de marche votre moteur hors-bord :

Après chaque sortie en mer :

Après chaque sortie, il est important de drainer et de rincer votre moteur. Cette précaution vise autant les sorties en eau douce que les sorties en mer. Pour cela procurez-vous des brides à papillons : il s’agit de deux capuchons faits de caoutchouc souple reliés par une bride de métal. Glissez ce dispositif dans la partie inférieure au niveau des prises d’eau et attachez-y un boyau d’arrosage. Démarrez le moteur et laissez la pompe à eau faire le reste. (Veillez à la sécurité des opérations en restant à bonne distance de l’hélice et en vous assurant que personne ne risque d’embrayer le moteur.)

Après avoir drainé et rincé le moteur, débranchez la canalisation d’essence et laissez tourner le moteur pour brûler toute l’essence qui reste dans le carburateur. Ensuite essuyez soigneusement le moteur et lubrifiez-le avec un produit anticorrosif tel que WD 40 ou Quick-lube. Assurez-vous de bien lubrifier toutes les pièces mobiles telles que le câble d’accélérateur, le câble de transmission, les valves du carburateur, etc. Entre deux sorties, prenez le temps de couvrir le moteur avec un taud ou une toile.

moteur-hors-bord-2
Qu’il soit 2 temps ou 4 temps, l’ entretien de votre moteur n’est pas à  négliger, il en va de votre sécurité.

Maintenance quotidienne :

Inspectez les canalisations d’essence à intervalles réguliers pour détecter la présence de craquelures et d’usure. Assurez-vous également que la poire d’amorçage est souple et exempte de craquelures.

Inspectez les brides d’attaches des canalisations d’essence pour y détecter la présence de rouille ou de corrosion, ainsi que le réservoir d’essence pour vous assurer qu’il est exempt de rouille et de corrosion.

Vérifiez les évents du réservoir d’essence et assurez-vous qu’ils aspirent correctement et vérifiez régulièrement si le carburant contient de l’eau.

Protéger les embases :

Ces bateaux sont généralement équipés d’un système de propulsion à embase, selon une technique venue des États Unis et des pays nordiques, particulièrement fragile, mais qui fait désormais autorité. Cette partie immergée, faisant fréquemment appel à l’aluminium, se révèle sujette à la corrosion, voire à des phénomènes électrolytiques.

Pour ce type d’embarcation le mieux est encore une sortie de l’eau. On changera les soufflets qui protègent les échappements et cardans et on fera tourner le moteur pour le rincer à l’eau douce. On procédera ensuite à une vidange de toutes les transmissions. Comme la plupart de ces bateaux utilise l’essence comme énergie, on changera tout ce qui peut toucher à l’allumage avant le redémarrage. On dispersera un film avec un produit anticorrosion ou antioxydation sur tout le circuit électrique.

Vidéo : Comment démarrer un moteur hors bord.

A savoir :

L’immobilisation de l’hivernage impose au propriétaire un entretien rigoureux et la prise de précautions draconiennes pour que son capital bateau ne se réduise pas à zéro en l’espace de quelques saisons.

Avant la remise à l’eau :

On prendra soin de vérifier, la coque, l’accastillage,  le pont, les fixations de la chaise moteur, ses équipements de sécurité, fusées de détresse, feux de navigation, gilet de sauvetage. Mais aussi de faire le plein d’essence et d’huile, et de s’informer sur les prévisions météorologiques avant de partir en mer.

Vidéo : Comment démarrer un moteur hors bord … Un film réalisé pour les stagiaires du club nautique de la marine à Brest.

Source de l’article Après chaque sortie et entretien de routine sur : http://fr.discoverboating.ca

3 COMMENTAIRES

  1. bonjour,
    tous les forums su l’hivernage des moteurs hb ne parlent que des moteurs à carburation, comment faire pour les nouveaux moteurs à injection
    comme les tldi tohatsu, je pense que la si l’arrivée d’essence est débranchée moteur tournant, la pompe à injection ne va pas aimer, de même que la pulvérisation d’huile dans l’entrée d’air ne doit pas arranger le compresseur.
    que pensez vous de ces réflexions et avez vous des précisions sur le mode opératoire pour ces moteurs
    cordialement
    jean-yves

  2. @auffret. Bonjour Jean-Yves, la gamme TLDI est un bon compromis poids /nervosité /consommation. Avec ses 3 niveaux de ralentis ajustables, ses moteurs modernes sont relativement évolués et demandent par conséquent de ne pas faire n’importe quoi. C’est pourquoi, afin de répondre à vos attentes, je vous conseille de contacter de notre part, Monsieur Le Crom de Bretagne Nautisme à Lorient,qui vous indiquera les démarches à suivre, et dont voici le numéro de téléphone : 02.97.86.93.92. Espérant avoir répondu à votre attente. Cdt. Alain Sheller

Laisser une réponse